La mort d'Olivier Bécaille (et autres nouvelles)

by Emile Zola | Literature & Fiction |
ISBN: 227730042x Global Overview for this book
Registered by wingC-Maupinwing of Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on 3/17/2007
Buy from one of these Booksellers:
Amazon.com | Amazon UK | Amazon CA | Amazon DE | Amazon FR | Amazon IT | Bol.com
11 journalers for this copy...
Journal Entry 1 by wingC-Maupinwing from Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Saturday, March 17, 2007
Quatre nouvelles de Zola (Trois sont extraites du recueil Naïs Micoulin) :
La mort d'Olivier Bécaille : "Allons ! j'étais un brave homme, d'être mort, et je ne ferais certainement pas la bêtise de ressusciter"
Nantas : où l'on retrouve une partie de l'intrigue de "la curée".
L'inondation : l'eau monte, l'angoisse aussi. J'ai été très impressionnée par cette nouvelle.
Les coquillages de M. Chabre : Une nouvelle légère et drôle

Journal Entry 2 by wingC-Maupinwing from Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Saturday, March 17, 2007
Cercle de lecture :

Nao-asakura
Inngrid
Kanapoutz
Ashentie
Diorissimo
Silver-Greece
Abstraite
Sarousse
Lannig
Viv-vivenef
Retour chez moi

Journal Entry 3 by wingC-Maupinwing from Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Monday, March 19, 2007
Parti ce matin vers Nao-Asakura

Journal Entry 4 by nao-asakura from Marseille, Provence-Alpes-Côte d'Azur France on Wednesday, March 21, 2007
reçu aujourd'hui! merchi beaucoup! et la carte est super (Deux amis, le truc qui était passé sur france 2.... je suis amoureeeuuuuse des deux acteurs XD)

Journal Entry 5 by inngrid on Wednesday, May 09, 2007
Bien reçu, merci !

Journal Entry 6 by inngrid on Thursday, May 31, 2007
Je tenais Zola comme mon auteur préféré, mais ça faisait bien 10 ans que je n'en avais rien lu.
Je l'ai retrouvé avec un grand plaisir pour ces petites nouvelles qui se lisent vite et révèlent toute sa modernité.
La Mort d'Olivier Bécaille, sur un registre presque fantastique, est assez surprenante. Ce n'est pas ma préférée.
Nantas est une belle histoire romanesque, où j'ai bien retrouvé la patte de Zola que j'aime tant (je n'ai pas lu la Curée), mais la fin m'a paru un peu courte.
L'Inondation est une histoire dramatique, qui montre combien la vie peut être cruelle...
Les Coquillages de Monsieur Chabre est une nouvelle charmante, légère, cocasse, et très moderne. Je l'ai lue avec le sourire d'un bout à l'autre.

Merci pour cette découverte, mop1. J'ai été vraiment ravie de renouer avec Zola !

Je fais suivre dès que possible à Kana

Journal Entry 7 by KanaPoutz from Nice, Provence-Alpes-Côte d'Azur France on Tuesday, June 05, 2007
Reçu aujourd'hui, merci!

Journal Entry 8 by KanaPoutz from Nice, Provence-Alpes-Côte d'Azur France on Monday, September 03, 2007
J'ai beaucoup apprécié ces nouvelles! Je m'étais dit en voyant le défi Zola et votre plaisir à le faire (surtout toi, mop1!) que je devrais tenter Zola (pas lu depuis le lycée, à ma grande honte...), c'est chose faite, avec l'envie de plus!
Merci beaucoup.

Journal Entry 9 by ashentie from Limoges, Limousin France on Friday, September 07, 2007
Bien reçu. Merci

Journal Entry 10 by ashentie from Limoges, Limousin France on Friday, September 14, 2007
J'ai beaucoup aimé, c'est une facette originale de Zola que je ne connaissais pas. Ma préférée reste : Nantas

Journal Entry 11 by Diorissimo from Ménigoute, Poitou-Charentes France on Monday, October 01, 2007
Merci, bien reçu !
J'aime beaucoup Zola, mais ne connais pas ses nouvelles, donc très curieuse de voir de quoi il s'agit...

Journal Entry 12 by Diorissimo from Ménigoute, Poitou-Charentes France on Thursday, October 04, 2007
Beaucoup aimé les 3 premières nouvelles, la dernière étant trop prévisible à mon goût.

Avec La mort d'Olivier Bécaille, je vois qu'Emile Zola a précédé Stephen King dans l'imagination morbide. Bien sûr, ce qu'a écrit S. King est beaucoup plus morbide (le sujet se trouve dans une morgue puis sur une table de dissection), mais j'ai vraiment apprécié le récit de la mésaventure de Bécaille.
Nantas: comparé par mop1 avec la curée, il faudra que je relise ce livre, je ne m'en souviens plus. En tout cas, ça m'a effectivement rappelé le style des Rougon-Macquart. Très bien aussi, la description de l'ambition démesurée dont la réalisation n'apporte finalement pas le bonheur. Se lit d'une traite, comme la première nouvelle.
L'inondation est sans doute la nouvelle qui m'a le plus touchée. La description d'une vie heureuse est si simplement et magnifiquement décrite qu'on en est bouleversé. Il est difficile de décrire le bonheur ! Les mots simples et directs nous vont droit au coeur. Et l'on est d'autant plus touché par la suite de l'histoire, l'inondation elle-même. Comme le héros, on ne comprend pas, on se dit que ce n'est pas possible une perte pareille alors que la vie promettait tant.

Si vous n'avez pas encore lu Zola ou si vous hésitez pour votre premier livre de cet auteur, commencez par ce petit recueil de nouvelles, je suis sûre que vous voudrez ensuite en lire plus.

Journal Entry 13 by Diorissimo from Ménigoute, Poitou-Charentes France on Tuesday, October 09, 2007
Parti aujourd'hui pour la Grèce !

Journal Entry 14 by Silver-Greece from London, Greater London United Kingdom on Thursday, October 18, 2007
Arrive en Grece!!! Je le commance tout de suite. Les cartes sont superbes!!! Merci beaucoup.

Journal Entry 15 by Silver-Greece from London, Greater London United Kingdom on Tuesday, November 13, 2007
C'est la premiere fois que je lis Zola par le prototype. La langue est facile pour les non francophones. La nouvelle que j'ai aime plus c'est Nantas. C'est une histoire tres forte. Je suis choquee et touchee avec l'innondation mais je n'ai pas aime beaucoup Les Coquillages. La premiere nouvelle La morte est tres interressante mais je n'ai pas aime la fin.
En general j'aime beaucoup le style de Zola et je trouve ce livre tres interessant.

Parti ce matin pour l'Abstraite!

Journal Entry 16 by abstraite from Le Houlme, Haute-Normandie France on Thursday, January 17, 2008
Ouh là là : j'étais persuadée d'avoir fait la JE, désolée ! le livre est bien au chaud rassurez-vous, mais comme il a peut-être hâte de rentrer chez lui je vais tâcher de ne pas trop faire attendre Sarousse.

Journal Entry 17 by abstraite from Le Houlme, Haute-Normandie France on Monday, February 25, 2008
Dans ces quatre nouvelles, on sort du registre de la satire sociale habituel à Zola et les personnages sont attachants,,même l'ambitieux Nantas qu'on n'arrive pas à mépriser, ou Olivier Bécaille, qui révèle par sa décision finale une belle grandeur d'âme.
Et puis c'est surprenant quand Zola écrit à la première personnne... c'est tout de suite moins caustique, plus émouvant, notamment la nouvelle L'Inondation qui m'a bouleversée.
Enfin, j'aurais bien vu monsieur Chabre joué par le monsieur Colignon d'Amélie Poulain :-)

Merci pour cette jolie découverte !

Journal Entry 18 by sarousse from Pontoise, Ile-de-France France on Monday, March 17, 2008
Bien reçu, merci !

04.04 : Comme d'habitude chez Zola, c'est noir, très noir. Comme d'habitude, c'est cynique et plein d'ironie. Tout se passe dans les dernières lignes des nouvelles, à vous de deviner quels seront les retournements de situations !

Journal Entry 19 by lannig from Créteil, Ile-de-France France on Thursday, May 15, 2008
J'ai reçu un rappel à l'ordre du "bookcrossing" de Mop, avec juste raison ! Et donc je viens de m'apercevoir que je n'avais pas fait de JE de réception du livre.
Donc mille excuses à tous ! et surtout à Sarousse !
J'ai bien reçu le livre avant mon départ en Thaïlande où je pensais le lire... mais un autre était en cours puis les amis, les belles choses à voir, se baigner tout çà prend du temps...
Ma distraction vient d'être réparée... Mais promis, je n'oublierai plus de faire de JE de réception. (Mop m'a dit que la prochaine fois, elle me donne des lignes... ;-) - je suis un peu menteur - )

Mci Mop pour le rappel ! On sent l'habitude avec les élèves... ;-)

lannig distrait

Journal Entry 20 by lannig from Créteil, Ile-de-France France on Wednesday, July 30, 2008
J'aimais ce petit recueil tout simple de nouvelles.
Tout d'abord cette première nouvelle qui curieusement au moment où je la lisais faisait écho à cet article du monde "Le donneur d'organe n'était pas mort" du 11 juin 2008. Et en fait pour moi elle n'est pas surréaliste que cela après cet article.

Nantas où quand l'ambition ne rend pas heureux mais seulement l'amour. Tout est dit en peu mots mais on voit grandir l'histoire avec tout : la petite chambre, la grande maison de maître, le flux des attachés, la vie des bureaux, le bureau solitaire où on doute du sens de sa vie.

Inondation : Quand les catastrophes naturelles détruisent une vie qui s'annnonce pourtant belle. Cela m'a fait penser à La Nouvelle Orléans avec l'ouragan qui s'est abattu il y a quelques année puis je lui ai trouvé un aspect un peu surréel.

Les coquillages de M Chabre: c'est un peu coquin mais léger, léger... Eh oui quand on épouse une très jeune femme, on se doit d'être à la hauteur et si non il ne faut la laisser nager avec un charmant jeune homme... mais l'effet des coquillages est inestiamble et donne de beaux bébés !

Journal Entry 21 by lannig from Créteil, Ile-de-France France on Wednesday, July 30, 2008
je rajoute pour tous l'article du monde :

Les chirurgiens ont cru défaillir : un homme dont le coeur était arrêté depuis une heure trente et sur lequel ils allaient prélever des organes s'est réveillé. Ce cas parisien récent soulève bien des questions

Le donneur d'organes n'était pas mort

Article paru dans l'édition du 11.06.08



C'est une affaire aux frontières de la vie et de la mort. Un dossier qui suscite émotion et réflexion chez les professionnels de la réanimation médicale et chez les responsables chargés de la bioéthique. Qui les oblige à se demander quels critères objectifs permettent de dire à partir de quand un malade sur lequel on pratique une réanimation peut être considéré comme un donneur d'organes. Sachant que ces organes, une fois greffés, permettront de prolonger l'espérance de vie d'autres malades.

Début 2008, à Paris, un homme âgé de 45 ans présente, sur la voie publique, tous les symptômes d'un infarctus du myocarde massif. On apprendra par la suite que, tout en sachant être à haut risque cardio-vasculaire, il ne suivait pas son traitement. Intervention quasi immédiate du SAMU, qui confirme le diagnostic. Une réanimation adaptée est mise en oeuvre moins de dix minutes après l'accident cardiaque. Elle ne permet toutefois pas d'obtenir une reprise spontanée des battements du coeur. La présence voisine du groupe hospitalier de La Pitié-Salpêtrière, où l'on peut pratiquer une dilatation des artères coronaires, fait que les médecins choisissent de poursuivre les manoeuvres de réanimation durant le transport en urgence vers le service spécialisé. A l'arrivée, le coeur ne bat toujours pas et, après analyse rapide du dossier, l'équipe des cardiologues estime que la dilatation coronarienne n'est techniquement pas réalisable. Les médecins commencent dès lors à considérer leur patient comme un donneur potentiel d'organes : un donneur dit « à coeur arrêté ».

La suite de l'affaire est rapportée dans le compte rendu officiel d'une réunion du groupe de travail sur les enjeux moraux de ce type de prélèvements qui a été récemment constitué au sein de l'« espace éthique » de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). On y apprend que les chirurgiens pouvant pratiquer les prélèvements d'organes n'étaient pas immédiatement disponibles. Lorsqu'ils arrivent au bloc, leurs confrères pratiquent le massage cardiaque depuis une heure et trente minutes, sans résultat apparent.

Mais au moment même où ils s'apprêtent à opérer, les médecins ont la très grande surprise de découvrir que leur patient présente des signes de respiration spontanée, une réactivité pupillaire et un début de réaction à la stimulation douloureuse. « Aut rement dit, il existe des «signes de vie» (ou symptômes) - énoncé équivalant à l'absence des signes cliniques de la mort », peut-on lire dans le compte rendu, qui se poursuit ainsi : « Après plusieurs semaines émaillées de complications graves, le patient marche et parle, les détails concernant son état neurologique ne sont pas connus. » Aucune précision n'est donnée quant au fait de savoir si ce malade a eu ou non connaissance du projet de prélèvement...

Au cours de cette même réunion, plusieurs autres réanimateurs, à commencer par ceux travaillant dans des SAMU, évoquent des situations « où une personne dont chacun était convaincu du décès survivait après des manoeuvres de réanimation prolongées bien au-delà des durées habituelles, voire considérées comme raisonnables ». Chacun concède alors qu'il s'agit là « d'histoires tout à fait exceptionnelles, mais que l'on rencontre au cours de sa carrière ». Les participants soulignent que, si les recommandations officielles actuellement en vigueur avaient été suivies à la lettre, la personne « aurait probablement été considérée comme décédée ». « Cette situation constitue une illustration frappante des questions qui persistent dans le champ de la réanimation, des modalités d'intervention et des critères permettant de conclure à l'échec d'une réanimation », font valoir les spécialistes.

Un tel cas n'aurait pas pu survenir avant 2007, quand la pratique des prélèvements « à coeur arrêté » n'était pas autorisée en France. Les prélèvements d'organes n'étaient alors effectués que chez des personnes en situation de coma dépassé et chez lesquelles la mort cérébrale était dûment confirmée par des examens électrographiques et neuroradiologiques.

Pour répondre à la pénurie chronique de greffons disponibles, les responsables de l'Agence de la biomédecine décident de lancer, début 2007, un programme expérimental chez des personnes dont le coeur venait de cesser de battre faute d'avoir pu être réanimées par massage cardiaque, ventilation mécanique et, parfois, circulation extracorporelle.

Cette initiative est prise sur la base de résultats obtenus dans plusieurs pays étrangers. L'Académie nationale de médecine avait estimé que ce protocole « satisfait à toutes les dispositions éthiques et déontologiques » et le législateur n'avait pas été amené à se prononcer directement sur ce sujet. Neuf équipes hospitalo-universitaires sont aujourd'hui autorisées à participer au programme expérimental de prélèvement « à coeur arrêté » : Angers, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nancy, Strasbourg et, à Paris, Saint-Louis, La Pitié-Salpêtrière et Bicêtre.

En pratique, les prélèvements ne peuvent être effectués que dans les six heures qui suivent l'arrêt cardiaque initial et en respectant une série de précautions techniques et éthiques. Les autorités françaises ont notamment interdit les prélèvements chez les personnes dont l'état de santé a conduit à une décision médicale d'arrêt de soins en réanimation, et ce alors même que cette catégorie représente l'essentiel des donneurs « à coeur arrêté » aux Pays-Bas, aux Etats-Unis, au Japon, ainsi qu'au Royaume-Uni.

« Le cas rapporté sur le site de l'espace éthique de l'AP-HP est celui d'un patient pour lequel la mort n'a jamais été constatée, fait-on valoir aujourd'hui auprès de l'Agence de la biomédecine. Il est d'abord nécessaire de rappeler que tout a été mis en oeuvre par les équipes médicales pour sauver le patient. Par ailleurs, le patient n'était pas décédé et aucun constat de décès n'a donc été fait pour cette personne en arrêt cardiaque. Le prélèvement en vue d'une greffe n'était donc pas envisag eable à ce stade de la prise en charge du patient. »

Auprès de l'Agence, on rappelle que cette pratique est instaurée depuis plusieurs années dans un certain nombre de pays étrangers. « En Espagne, par exemple, l'activité de prélèvement sur donneurs décédés après un arrêt cardiaque représente à Barcelone et Madrid respectivement 20 % et 63 % des prélèvements, avec des résultats équivalents aux prélèvements sur donneurs en état de mort encéphalique, explique-t-on encore. Aux Pays-Bas, les prélèvements sur donneurs décédés après arrêt cardiaque représentent 30 % de la totalité des prélèvements rénaux. D'autres pays, comme le Royaume-Uni ou les Etats-Unis, pratiquent également ce type de prélèvement. »

En France, plus de 13 000 personnes sont en attente d'une greffe d'organe et, en 2007, on a recensé 231 décès directement dus à l'absence de greffons disponibles. Le programme expérimental de prélèvement « à coeur arrêté » a d'ores et déjà permis de disposer d'une soixantaine de greffons supplémentaires.


Jean-Yves Nau

Journal Entry 22 by wingC-Maupinwing from Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Saturday, August 30, 2008
Passé de Lannig à Viv, à la coopérative, lors de la promenade à Montmartre

Journal Entry 23 by wingVIV-VIVENEFwing from Ceyrat, Auvergne France on Friday, September 05, 2008
un Zola parfois optimiste, ça fait du bien !
J'ai apprécié cette méditation sur l'amour et la mort, tantôt ironique, tantôt poignante (j'ai failli abandonner L'Inondation)
merci de cette découverte!

edith remercie Lannig pour l'article

Je poste le livre aujourd'hui

Journal Entry 24 by wingVIV-VIVENEFwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Tuesday, September 09, 2008

Released 11 yrs ago (9/12/2008 UTC) at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France

CONTROLLED RELEASE NOTES:

CONTROLLED RELEASE NOTES:

oups! ne partira que demain...

Journal Entry 25 by wingC-Maupinwing from Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Thursday, September 11, 2008
Il est bien arrivé ! Merci Viv et merci à tous pour vos JE.

Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.