Un aller simple

by Didier van Cauwelaert | Literature & Fiction | This book has not been rated.
ISBN: Global Overview for this book
Registered by wingsouramwing of Genève, Genève Switzerland on 1/29/2022
Buy from one of these Booksellers:
Amazon.com | Amazon UK | Amazon CA | Amazon DE | Amazon FR | Amazon IT | Bol.com
This book is in the wild! This Book is Currently in the Wild!
1 journaler for this copy...
Journal Entry 1 by wingsouramwing from Genève, Genève Switzerland on Saturday, January 29, 2022
Le bookcrossing fait (re)découvrir le monde.
Rejoignez-nous ! Votre vie ne sera plus tout à fait la même, après.

Né à Agrigente (en Sicile) le philosophe Empédocle a opté pour un aller simple sur l’Etna. L’homme pensait que deux forces opéraient dans le cosmos, l’Amour et la Haine. La seconde menant à la fragmentation et au multiple, le premier à l’unité et la cohésion. Une légende – une rumeur qui a persisté très longtemps – raconte qu’Empédocle se serait jeté, après avoir ôté ses sandales, dans le cratère de l’Etna. Mais Strabon, géographe, contesta cette histoire. On ne peut s’approcher du cratère, ni le voir… explique Strabon, s’appuyant sur le témoignage de gens ayant grimpé sur l’Etna. … et ils supposaient qu’on ne pouvait y jeter quoi que ce fût à cause de la poussée de vents jaillis des profondeurs du volcan et de la chaleur, relata Strabon. Empédocle, en revanche, a peut-être lutté contre des maladies qui affligeaient la ville sicilienne (grecque alors) de Sélinonte en drainant les eaux d’un marais. Il se serait exilé et serait mort dans le Péloponnèse, non sur l’Etna. Favorinus d’Arles (2e siècle de l’EC) raconte qu’Empédocle s’habillait de pourpre et chaussait des souliers de bronze, et portait une ceinture d’or. L’aller simple d’Empédocle le porta peut-être dans le Péloponnèse. Qui chausserait des souliers de bronze, de nos jours ?

Journal Entry 2 by wingsouramwing at Rue des Confessions in Genève, Genève Switzerland on Saturday, January 29, 2022

Released 3 mos ago (1/29/2022 UTC) at Rue des Confessions in Genève, Genève Switzerland

WILD RELEASE NOTES:

Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser. (Richard Bach)

Un aller simple pour l’inconnu, après la destruction de l’empire perse achéménide, voilà le destin qui échut à Drypétis, ou Dryptéis. Princesse perse, fille de Stateira 1ère et du roi-des-rois Darius III (le perdant des batailles contre Alexandre de Macédoine, le dernier roi-des-rois achéménide qui a fui après la bataille de Gaugamèles) Dryptéis naquit vers 355 avant l’EC. Shalini Sharma a tenu le rôle de Dryptéis dans Porus, une série télé en Inde en 2017. Dryptéis, capturée par les Gréco-Macédoniens en -333 après la bataille d’Issos, fut envoyée en -331 à Suse (Iran actuel, province du Khuzestân) pour qu’elle apprît le grec. Alexandre le Grand promit de lui fournir une dot. En -324 (neuf ans après sa capture, elle avait dû en voir, avait-elle appris le grec ? quel destin pour une princesse perse…) lors des Noces de Suse elle épousa Héphestion, favori d’Alexandre de Macédoine. Un privilège pour cette femme d’être l’épouse d’un homme si proche du conquérant. Mais Dryptéis devint veuve très tôt, parce que son mari succomba à Ecbatane (Hamadān) à la fièvre typhoïde. Elle assista certainement aux cérémonies grandioses qui accompagnèrent les funérailles d’Héphestion – jeux funèbres, édification d’un tombeau en forme de cube, crinières des chevaux coupées en signe de deuil, habits de cour brûlés dans un bûcher. Plutarque raconte que Dryptéis a été assassinée sur l’ordre de Roxane qui voyait en elle une rivale, en -323. A ceci près que c’est plutôt Parysatis II qui représentait un risque pour Roxane. Dryptéis ne fut donc sans doute pas tuée en -323. D’où la question que devint Dryptéis ? Veuve, la trentaine. Pas d’enfant avec Héphestion. On ne leur connaît aucune fille, aucun fils. Après la perte du conjoint, Dryptéis pleure la mort (suspecte) d’Alexandre (empoisonné à l’ellébore blanc ?) Où pouvait bien aller la veuve Dryptéis ? Héphaistion (Héphestion) fils d’Amyntor n’était peut-être pas enfant unique de celui-ci. On n’en sait rien. Un Grec l’a-t-il épousée ensuite ? Sa grand-mère Sisygambis se laissa crever de faim quand elle apprit la mort d’Alexandre. Dryptéis a été malmenée par les événements. Olympias, mère du conquérant, n’aimait pas la relation de son fils avec Héphaistion et donc Dryptéis ne put compter sur Olympias. Alors ? Dryptéis femme d’un diadoque ? Lequel ? Vendue à un roi indien maurya ? J’exclus l’idée d’un diadoque épousant Dryptéis, on l’aurait su. Mais un officier de rang inférieur pourquoi pas ? D. n’avait littéralement plus personne. Refilée à un petit chef de tribu perse d’Arie ou d’Hyrcanie ? Dryptéis partit-elle vers l’ouest ou vers l’orient après -323 ? Bon, imaginons-là récupérée par un lieutenant originaire de Salamine de Chypre et allant vivre dans sa maison sur l’île d’Aphrodite. Elle savait baragouiner le grec après tout. D. mit au monde au moins un enfant qui ne joua pas de rôle politique et elle mourut après -300. Pur jeu intello de ma part. Je pourrais inventer un scénario vers l’Orient. L’Inde.







Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.