L'oiseau crocodile

by Ruth Rendell | Mystery & Thrillers | This book has not been rated.
ISBN: Global Overview for this book
Registered by wingsouramwing of Genève, Genève Switzerland on 4/17/2021
Buy from one of these Booksellers:
Amazon.com | Amazon UK | Amazon CA | Amazon DE | Amazon FR | Amazon IT | Bol.com
This book is in the wild! This Book is Currently in the Wild!
1 journaler for this copy...
Journal Entry 1 by wingsouramwing from Genève, Genève Switzerland on Saturday, April 17, 2021
Le bookcrossing fait (re)découvrir le monde.
Rejoignez-nous !

L’oiseau-crocodile (quel curieux concept) est supposé picorer les dépouilles mortelles, enfin c’est un oiseau funeste. Enfant je n’étais pas porté sur le surnaturel. Personne dans nos proches ne fut un.e adepte du « paranormal » (marrant ce mot, qui veut dire à côté de la normalité) Je n’ai jamais fréquenté de spirites. Imaginez : des gens assis autour d’une table appellent l’esprit d’une personne décédée et lui demandent de répondre à ceci ou cela… Entre dix et quinze ans j’ai emprunté en biblio des tas de livres documentaires mais sur la géo (-graphie et -logie) l’histoire l’ethno les voyages (tout lu les récits de voyage de Michel Peissel dans l’Himalaya) bref à 12 ans je savais ce qu’était un tsunami, et au même âge je connaissais l’histoire de la découverte de la tombe de Toutankhamon – sans avoir cru à une malédiction du pharaon. Je me rappelle un livre « Pionniers de l’an 2000 les océanautes » rempli de fantasmes sur l’habitat du futur, immeubles sous la mer, immenses ensembles en béton avec une autoroute passant par-dessus, curieuses utopies style Le Lignon, un projet de vaste cité-satellite incluait un Centre de loisirs sexuels en forme de pain de sucre.
Dans les bois, nous ne craignions pas les fantômes ni les légendes. F., en auto, elle était une cousine de ma mère, nous a menés aux champignons X fois en Suisse (Vaud) et en France (01, 74) F. aimait porter des lunettes de soleil en fausse écaille, assez grandes qui la faisaient ressembler à une femme à la mode (sûr que c’était pour ça qu’elle avait opté pour ce modèle, elle était coiffée comme Marie Longue sur les paquets) Elle connaissait les « pieds bleus ». Ce sont des champignons, pas des podagres. Ou le « meunier », champignon clitopile petite prune (drôle de nom). Vu 1X une lépiote élevée en lisière de bois. En auto avec F. je ne me rappelle pas tous les lieux à mycorhizes mais je visualise encore les vieux écriteaux « Frangy » ou « Massongy » ou « Bellegarde », ces panneaux étaient en une espèce de ciment armé, quand ils se détérioraient ou voyait béer les ferrures rouillées, désormais ils sont bien différents. Ils sont bcp mieux. Par récréation j’avais appris plein de noms de champignons : inocybe de Patouillard, pholiote dorée, strophaire vert-de-gris, bolet Satan, amanite phalloïde, coprin chevelu (j’en ai vu des tas, ils sont blancs et en vieillissant noircissent comme de l’encre) etc. Nous avions deux livres illustrés grand format sur les champis, à lamelles et sans lamelles, et dans l’un des livres nous avions glissé une coupure de presse sur Nelly V., contrôleuse de champignons, un article des années 1970. On pourrait le dater, mais qui a encore ces deux livres ? Personne. Ils ont fini au broyage recyclage depuis bien des années. Avec F. ma sœur et ma mère et moi sommes 1x allés au Plateau de Retord, j’avais été stupéfait par le paysage « lunaire », je ne connaissais que ce mot pour désigner ça. Rien que ce trip au Plateau de Retord a eu une dimension exotique, pour moi à environ 11 ans, supérieure à bien des lieux visités plus tard comme adulte. Au Retord nous retournâmes avec les parents sans F. quelques années après, ainsi qu’à Lalleyriat fin août juste avant le lundi de la rentrée scolaire, en 198… (1ère moitié de la décennie). Trip cette fois mélancolique à cause de l’imminence de la rentrée que je n’ai jamais aimée. J’ai regardé des filles à Lalleyriat et environs. – Après la rupture avec F., cousine de J., les sorties champignons ont cessé, je n’ai plus cité de noms de champignons nulle part, juste gardé le souvenir de quelques noms de champis dans ma tête. Mais je ne suis pas mycologue. Ni botaniste. Je n’aurais pas eu les notes requises en sciences pour ça.

Plateau de Retord mais avec seulement images hivernales.

Journal Entry 2 by wingsouramwing at Chemin Edouard Sarasin in Le Grand-Saconnex, Genève Switzerland on Saturday, April 17, 2021

Released 3 wks ago (4/17/2021 UTC) at Chemin Edouard Sarasin in Le Grand-Saconnex, Genève Switzerland

WILD RELEASE NOTES:

Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser. (Richard Bach)







Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.