Les disparus de Saint-Agil

by Pierre Very | Children's Books | This book has not been rated.
ISBN: Global Overview for this book
Registered by wingsouramwing of Genève, Genève Switzerland on 7/4/2020
Buy from one of these Booksellers:
Amazon.com | Amazon UK | Amazon CA | Amazon DE | Amazon FR | Amazon IT | Bol.com
This book is in the wild! This Book is Currently in the Wild!
1 journaler for this copy...
Journal Entry 1 by wingsouramwing from Genève, Genève Switzerland on Saturday, July 04, 2020
Le bookcrossing fait (re)découvrir le monde.

Je suis conscient du fait que ce roman n'est pas forcément très connu en 2020. Mais l'éditeur en a tiré une présentation adaptée aux jeunes. Il s'agit d'un polar assez ancien qui a été adapté au cinéma il y a fort longtemps.
Sur le livre, Les Disparus de Saint-Agil, avec un aspect autobio chez Pierre Véry. 1ère parution en 1935.
Les Disparus de Saint-Agil (film)

Trois élèves pensionnaires d'un collège en France forment un groupe secret, ils rêvent d'Amérique. Ils ont fondé les Chiche-Capon, une société secrète. Ils laissent de nuit des messages en salle de sciences, sous le regard bienveillant du squelette Martin…
Alors besoin d'idées créatives ? Qui se rappelle des histoires de messages secrets à l'école ?

Un squelette en salle de sciences, j'en ai eu un, mais nous n'étions pas des internes. Avec qui aurais-je formé une société secrète ? Cela ne se faisait plus guère. Un conseil: essayez d'en former une, pour avoir un territoire où vous pourrez vous exprimer sans être bêtement repérés… Des filles avaient fondé la société des Spartiates, quand j'étais collégien, vers 1983. S., ma camarade de classe durant toute la primaire, désormais émigrée en Australie, reçut le titre de "Spartiate d'honneur". Je n'en sais pas plus, ce genre d'histoire n'étant pas mixte. En revanche, j'ai eu le statut de "demi-dieu" dans une fausse secte vers 1981-1982 dans le même établissement que celui qui abrita les Spartiates. Un mot de passe: "Houn dou la bath". Phrase d'un mélange allemand-français, "Und du, là-bas ?" et toi, là-bas. La pseudo-secte éditait un magazine, Katchar Info. Nous avions inventé les "antiphrases", les phrases composées d'antonymes pour raconter quelque chose de façon codée. Mettons, "J'étais au travail à la mer chez ma petite-fille" pour dire "J'étais en vacances à la montagne chez ma grand-mère". Certains concepts frôlaient le nonsense comme "cageot à biniocres". Dans un numéro du journal Katchar Info était raconté un "sommet" avec Ronald Reagan et Margaret Thatcher, celle-ci déclarait à Reagan "Oh, vous marchez sur mon cageot à biniocres". Allusion à des marchés aux primeurs ? A des supporters de football ayant parfois acheté des légumes et des fruits ? Certains membres de la pseudo-secte étaient des supporters de football. Parmi eux, un rédacteur du journal Katchar Info avait une fois, au retour d'un match en Suisse alémanique, passé une nuit dans une grange à dormir avec d'autres fans du ballon rond. Ils avaient entendu des bruits d'animaux et avaient eu peur que ce soient des molosses. Ils s'étaient sentis ridicules en découvrant que c'étaient des moutons.
Un cri de ralliement de la secte ? Pas exactement un cri mais un système à répons. L'un des membres lançait: "C'est Jean !" L'autre ajoutait: "C'est Paul !". Ensemble: "C'est Jean et puis c'est Paul ! C'est Jean-Pooo-leuh !"
Aucune divinité n'était désignée par cette pseudo-secte. Sans doute s'agissait-il de quelque chose comme l'ionosphère. La Mongolie, à cause de son caractère isolé et improbable (le pays était interdit aux Occidentaux du temps de la guerre froide) tenait plus ou moins le rôle de la patrie spirituelle des membres de la secte.
Une gestuelle sectaire prit forme. Mimer un chef d'orchestre en train de diriger, cela s'appelait faire "Un Jaques-Dalcroze" ou un "Jack Dalkrankr". Il s'agissait d'une façon de se moquer d'un enseignant de musique qui avait dû effectuer ce geste en parlant un jour d'Emile Jaques-Dalcroze.


Je me rappelle maintes inscriptions sur des murs, à l'école entre 1978 et 1981. "Avant de créer un chef-d'oeuvre, il faut faire un brouillon, c'est pourquoi Dieu a créé l'homme avant la femme" Cela figurait sur un mur de l'ancien C.O. Gradelle, reconstruit tout autrement depuis lors. Peu courant de lire un graffiti, ou quel que soit le mot à la mode (en 2020 puis en 2021) qui mentionnât Dieu, à l'époque. Je ne sais pas quelle fille a écrit ce message mural. Si je calcule mesquinement, le graffiti datait d'avant mon arrivée au Cycle d'Orientation fin août 1978; la peut-être future activiste doit avoir la cinquantaine. Elle a peut-être manifesté le 14 juin 2019. Curieusement, ces multiples messages muraux avaient fait l'objet d'une… exposition dans ce C.O. Gradelle lors des 20 ans de la fondation de l'établissement en 1985.

Journal Entry 2 by wingsouramwing at Port-Gitana in Bellevue, Genève Switzerland on Saturday, July 04, 2020

Released 1 mo ago (7/4/2020 UTC) at Port-Gitana in Bellevue, Genève Switzerland

WILD RELEASE NOTES:

Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser. (Richard Bach)

Un lâcher dans la maison de poupée à livres Port-Gitana. 1er lâcher de livre à Port-Gitana depuis le 8 juin 2019 !







Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.