La douce empoisonneuse

by Arto Paasilinna | Other |
ISBN: 2070425770 Global Overview for this book
Registered by wingeponine38wing of Winchester, Massachusetts USA on 4/7/2019
Buy from one of these Booksellers:
Amazon.com | Amazon UK | Amazon CA | Amazon DE | Amazon FR | Amazon IT | Bol.com
2 journalers for this copy...
Journal Entry 1 by wingeponine38wing from Winchester, Massachusetts USA on Sunday, April 07, 2019
Après les premiers chapitres, j'ai presque cessé de lire parce que les méchants avaient tué trop d'animaux dans cette histoire. En tant qu’amie des animaux, j’ai du mal à accepter cela. Mais l’action s’est petit à petit améliorée et ça m’a fait plaisir de voir le bien triompher du mal. Bien que ce thème soit commun dans la littérature, j’ai apprecié le fait que ce roman traite de ce sujet d’une manière légère et amusante.

C’est le deuxième roman de Paasilinna que j’ai lu, l’autre étant Le Lievre de Vatanen, que j’ai lu en anglais, et je trouve sa vision du monde intéressante et souvent amusante.
---------------------------------------------------------
Amazon.fr:
Une maisonnette rouge flanquée d'un petit sauna en bois gris, non loin d'Helsinki. Linnea, la douce veuve du colonel Ravaska, mène une existence paisible à soigner ses violettes et son chat. Pourtant chaque mois, le jour où elle touche sa pension, un trio maudit, conduit par son neveu, s'invite sous son toit pour la détrousser. Lorsque ses visiteurs ne se contentent plus de sa maigre retraite et exigent un testament à leur avantage, c'en est trop. Elle est résolue à en finir. Comprenez : à se suicider. Mais, surprise, concocter un poison mortel se révèle une activité beaucoup plus passionnante que tricoter. Et les noirs desseins de Linnea, par une suite précipitée d'événements cocasses, se retournent en sa faveur, tandis que ses ennemis...
Génie du comique de situation, Paasilinna récidive avec une vieille dame tranquille candidate au suicide. Arsenic et vieilles dentelles trempé dans l'aquavit, les rocambolesques aventures de la colonelle sont l'occasion de revisiter l'univers à la fois brut, drôle et loufoque du grand écrivain finlandais.

Journal Entry 2 by wingeponine38wing at Sarreguemines, Lorraine France on Saturday, April 20, 2019

Released 5 mos ago (4/20/2019 UTC) at Sarreguemines, Lorraine France

CONTROLLED RELEASE NOTES:

Pour le meet up avec Amethyste.




Journal Entry 3 by wingaméthystewing at Rémelfing, Lorraine France on Saturday, April 20, 2019
Embarqué à notre mini-meetup :) j'adore Paasilinna avec son humour un peu spécial ;)
Merci beaucoup eponine pour cette belle journée en ta compagnie :) !
J'ai été ravie de te revoir !

Journal Entry 4 by wingaméthystewing at Rémelfing, Lorraine France on Sunday, May 05, 2019
Après "Prisonniers du paradis", "Sang chaud, nerfs d'acier", "Le lièvre de Vatanen" et "Petits suicides entre amis" voici donc "La douce empoisonneuse"
C'est du pur Paasilinna (décédé le 15 octobre 2018) ! Toujours aussi déjanté, plein d'humour (grinçant même), typique quoi :) !

Quelques extraits
P. 26
Le temps avait passé si vite, comme en coup de vent. Lorsqu'elle était adolescente, elle pensait que l'on était déjà vieux à trente ans. Et soudain, elle avait elle-même atteint la trentaine et presque aussitôt la quarantaine, qu'elle avait accueillie avec une certaine nervosité ; puis Rainer est mort - un soulagement, en un sens… Elle avait ensuite eu cinquante ans, et dans la foulée soixante et soixante-dix, et voilà que les quatre-vingt approchaient. Ave l'âge, les années commençaient à paraître aussi courtes que jadis les mois, et les dernières avaient filé comme en deux semaines, l'une d'été, l'autre d'hiver.

P. 79
La Finlande était décidément la terre promise des bourgeois. Les modestes petits artisans du crime n'avaient pas la moindre possibilité, de faire la preuve de leur talent d'escrocs, ils devaient se contenter de vols et d'agressions, de braquages à la petite semaine. Les huiles se réservaient les gros coups, se remplissaient les poches avec l'argent public et le dilapidaient à l'étranger.

P. 84/85
Il vint à l'esprit de Linnea que si quelqu'un pouvait avoir besoin d'un poison efficace et mortel, c'était bien elle. Si la situation devenait trop critique, elle pourrait ainsi en avaler une dose afin d'échapper aux griffes de ses tortionnaires. Une vieille femme sans défense avait tout intérêt à se tenir prête au pire. À son âge, il convenait d'ailleurs aussi de se prémunir contre l'éventualité de maladies pénibles. L'idée d'une lente agonie sur un lit d'hôpital la terrifiait, elle avait une peur mortelle du cancer et de sa douloureuse phase terminale. Les médecins, aujourd'hui s'acharnaient à maintenir en vie même les patients les plus désespérés, et elle ne voulait pas en arriver là. Dans de telles circonstances avoir sa propre fiole de poison serait d'un immense secours.

P. 123
Elle n'osait pas se mettre à hurler, son bourreau risquait de lui arracher le bras et de la tuer net sous le coup de la colère. Et qui, dans une grande ville, s'inquiétait de nos jours des cris d'une vieille femme ? Des personnes âgées se faisaient sans arrêt voler et agresser dans la rue, les témoins prenaient tout juste la peine, après les faits, d'appeler une ambulance pour les victimes. On ne pensait qu'à sauver sa peau, on détournait les yeux quand les coups pleuvaient sur d'autres.

Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.