La vieille dame qui avait vécu dans les nuages

by Maggie Leffler | History |
ISBN: 103390015x Global Overview for this book
Registered by wingaméthystewing of Rémelfing, Lorraine France on 4/28/2018
Buy from one of these Booksellers:
Amazon.com | Amazon UK | Amazon CA | Amazon DE | Amazon FR | Amazon IT | Bol.com
2 journalers for this copy...
Journal Entry 1 by wingaméthystewing from Rémelfing, Lorraine France on Saturday, April 28, 2018
Un roman sur le courage de ces femmes oubliées de l’Histoire qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont participé à l’effort de guerre.

4ème de couverture :
A 87 ans, Mary Browning sent que le temps est venu pour elle de raconter son histoire et les secrets qu’elle garde enfouis depuis de si longues années. En fait, depuis le jour où un parachutiste est tombé dans le jardin de ses parents, faisant éclore son rêve : devenir aviatrice. Cette passion, Mary l’a vécue intensément, à chaque seconde de sa vie. Mais, en retour, elle a payé le prix fort, allant jusqu’à renier ses origines juives et sa famille pour suivre son destin...

Ce roman est inspiré de faits réels — le rôle courageux et désintéressé joué par les femmes pilotes américaines pendant la Seconde Guerre mondiale, longtemps tenu secret. En 2009, Barack Obama leur a rendu hommage devant le Congrès.

Journal Entry 2 by wingaméthystewing at Rémelfing, Lorraine France on Sunday, April 07, 2019
Quelques citations
Page 10
- Mon petit, tout comme les jeunes gens attendent avec impatience leur anniversaire, je ne peux m'empêcher de me demander à quoi ressemblera ma mort. Vous pouvez peut-être vous offrir le luxe de penser à autre chose, mais moi, la mort est le prochain grand événement qui m'attend.

Page 13/14
Je prenais ma tâche, ou plutôt le groupe, au sérieux. La méthode de la critique sandwich - une tranche de critique négative entre deux tranches de compliments - n'a jamais été mon genre. Quand leur prose me donnait des idées suicidaires, je ne pouvais m'empêcher de le leur dire. En revanche, dès qu'elle remuait en moi une pulsion oubliée comme la surprise ou l'espoir, je ne me gênais pas pour le dire non plus. Je voulais qu'ils soignent leur écriture. Après tout, c'était pour la postérité. [...]
Je n'avais peur ni de la mort, ni des trous dans le trottoir. En revanche, je redoutais dans une égale mesure la douleur prolongée, les créneaux, tous les médicaments ou presque, sans oublier les maisons de retraite. Mais ma plus grande peur, c'était de ne plus pouvoir m'exprimer.

Page 28
Tout ce que je déteste chez ma mère, c'est tout ce que je déteste chez moi. Il m'est donc très difficile de la détester, et ça m'énerve encore plus.

Page 40
Plus tard encore, quand j'eus quinze ans, je remarquai que ma mère et ses amies se réunissaient dans la cuisine pour boire du thé sucré à la confiture et parler, parler, en évitant adroitement tout sujet tragique devant les personnes qui avaient été touchées par une catastrophe. Quand je lui demandai la raison de ces lacunes dans la conversation, elle me répondit que personne ne voulait qu'on lui rappelle ces choses-là ; personne ne voulait courir le risque de se mettre à pleurer et de ne plus pouvoir s'arrêter. Je compris alors que le chagrin devait être une expérience intime et brève et qu'il ne fallait plus jamais y faire allusion.

Page 92
- Parfois , des désaccords paraissent catastrophiques simplement parce qu'on en est témoin.

Page 142
Aujourd'hui, je comprends à mes dépens que jouir de la solitude et être seule sont deux choses complètement différentes.

Page 168
Je me sentais plus triste pour elle que pour moi, ou peut-être plus triste à cause d'une accumulation de choses. Il me semblait idiot de s'inquiéter parce qu'on porte ou pas de jeans skinny, à cause d'un pont en cure-dents ou parce qu'on risque de tomber amoureux alors que, en un instant, la personne avec qui l'on prenait le thé peut disparaître, vous laissant seule à table en tête à tête avec une serviette blanche soulevée par le vent.

Page 230
- Relax, Mary. Plus vous craindrez que ce truc se passe mal, plus vous vous conditionnerez pour que ça se passe mal. Ne vous rendez pas prisonnière de vos propres pensées. Ce n'est pas très conseillé - sauf pour un écrivain, par exemple.


Journal Entry 3 by wingaméthystewing at Rémelfing, Lorraine France on Tuesday, April 09, 2019
Un coup de ♥ ! J'ai adoré cette saga intergénérationnelle, ce "vol" entre passé et présent, cette partie de l'histoire plutôt méconnue des femmes pilotes de la WASP ( les pilotes de l'aviation féminine pendant la Seconde Guerre Mondiale ). Des femmes remarquables restées dans "l'ombre".

Encore quelques citations :)
Page 285
- Elle est contre les éloges car elle pense que cela ne donne pas une image exacte de la personne. " Personne n'est parfait, jusqu'au jour de ses funérailles ! "

Page 288
- C'est ce qu'elle voulait, a-t-il dit en ouvrant la boîte.
J'ai regardé à l'intérieur de cette boîte en bois en essayant d'assimiler l'idée que cette poussière grise était la personne qui plaisantait dans le couloir de l'hôpital et m'avait dit : " Tu me rapelles moi quand j'avais ton âge ! " Cette poussière avait donné naissance à ma mère, qui m'avait donné naissance.

Page 304
Mon dernier vol a eu lieu dix-huit mois auparavant, à Houston, ar une belle journée. ( Combien de moments semblables y a-t-il dans une vie, de ces moments où l'on ne se rend compte qu'après coup que quelque chose est fini, où l'on aura beau se balader dehors par une belle journée en se disant " Belle journée pour voler ", notre dernier vol appartient déjà au passé ? )

Page 346
Je remarque que les mauvaises nouvelles requièrent des préambules, mais que les bonnes n'ont besoin que de témoins.

Journal Entry 4 by wingaméthystewing at Remis en main propre, À une amie -- Controlled Releases on Saturday, April 20, 2019

Released 2 mos ago (4/20/2019 UTC) at Remis en main propre, À une amie -- Controlled Releases

CONTROLLED RELEASE NOTES:

Un grand merci pour ta visite eponine38 :) ! J'ai été ravie de te revoir !
Bonne lecture !

La lecture met en ébullition, dissipe la sécheresse, active les facultés, déchrysalide l'intelligence et met en liberté l'imagination. Antoine Albalat

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard


Bienvenue dans le monde du BookCrossing !

Merci d'avoir emporter ce livre ! Merci de laisser un commentaire (ou Journal Entry) ici pour m'indiquer qu'il a bien été trouvé.

Vous pouvez décider de rester anonyme ou nous rejoindre (c'est gratuit). Vous ne serez connu qu'au travers de votre pseudo (votre adresse mail n'est jamais dévoilée) et vous pourrez suivre le voyage du livre.

J'espère que vous l'apprécierez ! Quand vous aurez fini de le lire (si vous décidez de le lire) merci de laisser un nouveau commentaire pour me donner vos impressions et ce que vous aurez décidé d'en faire : le garder ou le relâcher !

Journal Entry 5 by eponine38 at Sarreguemines, Lorraine France on Sunday, April 21, 2019
Choisi pendant notre mini-meetup! Merci, Amethyste!

Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.