corner corner Le passe-muraille

Medium

Le passe-muraille
by Marcel Aymé | Literature & Fiction
Registered by wingsouramwing of Genève, Genève Switzerland on 6/28/2017
This book has not been rated. 

status (set by souram): travelling


This book is in the wild! This Book is Currently in the Wild!

1 journaler for this copy...

Journal Entry 1 by wingsouramwing from Genève, Genève Switzerland on Wednesday, June 28, 2017

This book has not been rated.

Livre d'occasion.


La Péonie, Παιονία en grec ancien, est l’Etat des Péoniens, un peuple de l’Antiquité. Ce territoire correspond de nos jours à la FYROM, l’ancienne République yougoslave de Macédoine, au nord de la Grèce et à une partie de l’ouest de la Bulgarie.
La Péonie est limitée au sud par le royaume de Macédoine, au nord par la Dardanie (actuel Kosovo) à l’ouest par l’Illyrie, à l’est par la Thrace. Les Péoniens étaient divisés en plusieurs tribus – Almopiens, Léaniens, Derrones*, Odomantes *, Péoples, Doberes, Siropaiones et Agrianes. Selon Hérodote, ils seraient des colons originaires de Troie. Homère parle de Péoniens dans la vallée du Vardar luttant aux côtés des Troyens. La capitale péonienne se situait à Stobi, et à l’origine, elle se trouvait dans un lieu légendaire, Bylazora. Erigée en royaume, la Péonie résiste à l’expansion des Perses durant les Guerres médiques. La Péonie a été conquise par les Macédoniens sous le règne de Philippe II au milieu du IVe siècle av. J.-C. en étant annexée à la Haute-Macédoine. Des cavaliers et tirailleurs péoniens, dont les redoutables javeliniers agrianes, se sont illustrés dans l'armée d'Alexandre le Grand.
A Bylazora, en macédonien Вилазора, des fouilles ont permis de repérer l’emplacement d’une acropole. Selon Polybe, Bylazora était une grande ville. Elle a pourtant été abandonnée au IIe siècle av. J.-C. et a servi de carrière de pierres.
Les Ἀγρίανες, Agrianes sont connus pour leurs troupes d’élite dans l’armée d’Alexandre de Macédoine, les peltastes. Le pays des Agrianes est centré sur le fleuve Strymon. Πυραίχμης, Pyrechmès, mène les Péoniens à la guerre de Troie. Il meurt au combat, tué par Patrocle. Quant à Πατράος, Patraus, roi de Péonie, il a servi dans l’armée d’Alexandre le Grand.
Les Péoniens appelaient Dionysos Dryalos. Ils vénéraient une déité solaire représentée comme un disque accroché à un poteau. Leur langue avait des ressemblances avec le mysien (langue d’Asie mineure). La Péonie était riche en or et possédait une sorte de «bois bitumineux», le TSARIVOS, ou TANRIVOC, qui s’enflammait au contact de l’eau. Ou s’agissait-il d’une roche ?
Nous connaissons quelques mots en langue péonienne…
- monaipos, le bison d’Europe
- tilôn et paprax, espèces de poissons lacustres
-

*Derrones et Odomantes étaient peut-être d’origine thrace.

 


Journal Entry 2 by wingsouramwing at Genève, Genève Switzerland on Thursday, June 29, 2017

This book has not been rated.

Le Cheval de Troie, quel passe-muraille celui-là ! Le prix des planches était-il dégressif ? Sinon, le cheval a dû plomber le budget des assaillants... 


Journal Entry 3 by wingsouramwing at Genève, Genève Switzerland on Monday, July 31, 2017

This book has not been rated.

J'aborde maintenant le chant XIII de "L'Odyssée"...
Comme annoncé au début de l'été, un chant de "L'Odyssée" à chaque libération de livre en français.
Première apparition d'une "baguette magique" dans la littérature européenne, dans ce chant XIII !

Ulysse, chez les Phéaciens, termine le récit de ses tribulations. Le roi phéacien Alcinoos promet de le ramener à Ithaque, puis chacun va dormir. (On imagine que le récit d'Ulysse a duré une grande partie de la soirée, et qu'il est fort tard, les auditeurs encore abasourdis par ce qu'ils ont entendu sont épuisés et n'ont pas vu le temps passer*. Une lune monte au-dessus de la mer Ionienne...)
Le lendemain, les Phéaciens - généralement identifiés aux Corfiotes - offrent navire et équipage à Ulysse. Celui-ci s'assoupit. L'embarcation cingle vers Ithaque à une vitesse surnaturelle: "La nef courait, ferme et rapide, et l'épervier, le plus véloce des volatiles, n'aurait pas pu la suivre". Et au lever du jour, la nef aborde Ithaque.
Les Phéaciens déposent Ulysse, toujours endormi, dans une petite grotte fréquentée par des nymphes. Ils déposent auprès de lui les présents du roi Alcinoos. Poséidon, fâché de savoir que les Phéaciens ont aidé Ulysse, pétrifie leur bateau à peine est-il de retour en Phéacie.
"Le divin Ulysse se réveilla, couché sur la terre de sa patrie, et ne la reconnut point. Et Athéna Pallas l'enveloppa d'une nuée, afin qu'il demeurât inconnu et qu'elle l'instruisît de toute chose, et que sa femme, ses concitoyens ne le reconnussent point avant qu'il eût réprimé l'insolence des prétendants."
Voilà donc Ulysse le Laèrtide en colère. Il se demande où les Phéaciens l'ont abandonné...
Athéna respecte un voeu concédé à Poséidon en empêchant initialement Ulysse de reconnaître Ithaque. Elle se présente à lui sous l'apparence d'un berger crétois en fuite. Après quoi elle révèle sa véritable identité divine et lui dit qu'il est à Ithaque !
"Elle parla ainsi, et le patient et divin Ulysse fut empli de joie..." dit Homère.
Athéna dissipe ensuite l'espèce de brume magique et permet dès lors à Ulysse de reconnaître les lieux d'Ithaque:
- Ce port est celui de Phorkys, le Vieillard de la mer, et à la pointe du port,
voici l'olivier épais devant l'antre haut et obscur des Nymphes appelées Naïades... Voici le mont Néritos couvert de forêts... précise Athéna, qui joue à s'étonner qu'Ulysse ne l'ait pas identifiée plus tôt.
(Ce passage est assez fou. Athéna se fait passer pour un berger, tout en leurrant Ulysse, on va de faux semblant en ruse...)
Athéna raconte à Ulysse que Pénélope "attend toujours (son) retour, gémissant dans son coeur". La déesse déguise alors Ulysse en mendiant, et ce, afin qu'il puisse se rendre compte de ce qui se passe chez lui sans que nul ne le reconnaisse.
- Je vais te rendre inconnu à tous les hommes, annonce Athéna. Je riderai ta belle peau sur tes membres courbés. Je ferai tomber tes cheveux blancs de ta tête. Je couvrirai de haillons qui font qu'on se détourne de celui qui les porte. Je ternirai tes yeux maintenant si beaux, et tu apparaîtras à tous les prétendants comme un misérable...
Elle poursuit:
- Va d'abord trouver le porcher qui garde tes cochons, car il te veut du bien,
et il aime ton fils et la sage Pénélope. Tu le trouveras surveillant des porcs;
ceux-ci se nourrissent auprès de la Roche du Corbeau et de la fontaine Aréthousé, mangeant le gland qui leur plaît et buvant l'eau noire. Reste là,
et interroge-le avec soin sur toute chose, jusqu'à ce que je revienne...
Alors ?
Athéna touche Ulysse d'une baguette.
La future "baguette magique" de nos contes de fées ? Pas impossible, dans le fond.
Ulysse prend dès lors en temps réel l'aspect lamentable du pouilleux usé et vêtu de hardes dont avait parlé la déesse tantôt.
"Elle le couvrit de la grande peau nue d'un cerf rapide..." et le déguisa parfaitement en mendiant. Après quoi Athéna partit pour Lacédémone à la rencontre de Télémaque (le fils d'Ulysse, celui qui était parti chez Nestor à Pylos, puis en char jusque chez Ménélas, Ménélaos, roi de Sparte, en espérant obtenir des nouvelles d'Ulysse, bien plus tôt dans "L'Odyssée")

Ulysse retrouve donc Ithaque, mais de nouvelles épreuves l'attendent.

*Cela me rappelle certaines soirées grecques dans l'un ou l'autre restaurant hellène de Genève, vers 1986, avec mes comparses de l'Aquarium, des Sciences de l'Antiquité. J'étais moi-même l'intarissable bavard. Ah, que ce temps-là semble éloigné désormais ! L'Aquarium était la salle Naville d'Uni Bastions. Et son somatophylax Mogès veillait à l'entrée.
 


Journal Entry 4 by wingsouramwing at Rue Henri-Fazy in Genève, Genève Switzerland on Monday, July 31, 2017

This book has not been rated.

Released 10 mos ago (7/31/2017 UTC) at Rue Henri-Fazy in Genève, Genève Switzerland

WILD RELEASE NOTES:

Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser. (Richard Bach)

Eh bien, vous avez découvert quelque chose...
Un livre abandonné exprès !
N'ayez pas d'hésitation: donnez votre avis, ou racontez votre découverte, cela nous plaît de savoir ce que deviennent les livres "libérés" ainsi.


Arc de la Treille.
Suite de "L'Odyssée" lors des prochaines libérations de livres en français.

Désirer être un passe-muraille, ce serait une coûteuse lubie: percer les murs coûte cher.

 


Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.