Poisson d'or

Registered by wingMariesgwing of Vitry-sur-Seine, Ile-de-France France on 10/19/2015
Buy from one of these Booksellers:
Amazon.com | Amazon UK | Amazon CA | Amazon DE | Amazon FR | Amazon IT | Bol.com
4 journalers for this copy...
Journal Entry 1 by wingMariesgwing from Vitry-sur-Seine, Ile-de-France France on Monday, October 19, 2015
Un véritable coup de coeur pour moi cette année, que l'histoire de Leïla, la petite fille enlevée à sa famille quand elle était enfant.
Tout au long de ces pages, on suit son destin. D'abord chez Lala Asma qui la protège des méchancetés de Zohra et de son sacripant de fils (vaurien serait peut-être même plus juste), puis chez les princesses pour un temps. De fuite en course éperdue, Leïla quittera l'Afrique pour s'installer en France puis aux États-Unis où elle ne mangera pas de confiture de poire ! Là encore, beaucoup de déconvenues mais aussi des rencontres extraordinaires qui façonneront sa vie hors du commun.
Je me suis laissée envouter par ce texte. Et je sais qu'il n'a pas séduit que moi.

Page 108 :
Il est parti vers l'avant du train, et il est revenu avec une guitare. Il a mis un pied sur le rebord de la portière, et il a commencé à jouer. Il jouait une musique étrange, qui faisait comme un roulement mêlé au bruit du train, puis des notes qui éclataient, qui parlaient vite. Je n'avais jamais entendu ça, même sur mon vieux poste. Il jouait, et en même temps, il parlait, il chantait, plutôt il murmurait des mots dans sa langue, ou bien des marmonnements, des humm, des ahumm, hem, comme cela. Puis il s'est arrêté. "Ça te plaît, tu aimes ma musique ?" Je devais avoir les yeux qui brillaient, parce qu'il a continué. [...] Et moi j'avais envie de danser, je me souvenais quand, les premiers temps, au fondouk, je dansais pour les princesses, pieds nus sur le carrelage froid des chambres, pendant qu'elles chantaient et frappaient dans leurs mains. La musique du Gitan était comme cela, elle entrait en moi, elle me donnait des forces nouvelles.

Page 162 :
"Qu'est-ce qui est important, El Hadj ?
- Que même l'homme le plus insignifiant est un trésor aux yeux de Dieu."


Bref, j'ai aimé. Tellement que j'en ai acheté deux autres exemplaires chez Emmaüs, pour le faire circuler...


"A reader lives a thousand lives before he dies, the man who never reads lives one". John RR Martins

Journal Entry 2 by wingMariesgwing at RABCK, -- By post or by hand/ in person -- France on Monday, December 07, 2015

Released 3 yrs ago (12/8/2015 UTC) at RABCK, -- By post or by hand/ in person -- France

CONTROLLED RELEASE NOTES:

Pour C-Maupin qui me l'a réclamé (si mes souvenirs sont bons) (mais je n'ai rien noté donc je me trompe probablement).
Je garde de ce livre la réverbération du soleil africain dans l'âme de certains personnages et la musique qui habite ces lignes si poétiques.
Bonne et belle lecture :o)


Journal Entry 3 by wingC-Maupinwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Tuesday, December 08, 2015
Merci, Marie ! Ta mémoire ne te trompe pas...Mais quand aurai-je le temps de le lire ?

Journal Entry 4 by wingC-Maupinwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Friday, January 22, 2016
Merci, Marie, pour ce beau livre.
Il est très bien écrit (ça je m'y attendais), et l'histoire est racontée chronologiquement, du début à la fin, ce qui pour un roman moderne est quasiment inespéré ! J'ai vraiment apprécié .
Et puis l'histoire en elle-même est passionnante, dépaysante et malgré les malheurs de l'héroïne (capable de faire bonne chère quand elle en a les moyens, de jeûner s'il le faut, indestructible malgré les brutalités qu'elle subit ou la maladie) pleine d'optimisme et de foi en l'homme.
La plupart des personnages sont attachants, et j'ai aimé cette plongée dans la vie des sans papiers, sans misérabilisme, ni apitoiement, ni angélisme...

Ce que je n'ai pas dû apprécier à sa juste valeur, c'est l'importance de la musique et le rôle qu'elle joue dans la vie de Laïla.

J'ai été également frappée par la belle phrase d'El Hadj citée par Marie.

Commentaires de Gérard :
Oui, c'est une belle histoire mais qui relève plus du conte de fées, vu le peu de vraisemblance de ce qui arrive à l'héroïne (par exemple : arrivée à Paris sans papier et sans culture et devenir une bonne universitaire parlant plusieurs langues et une bonne exécutrice et improvisatrice de jazz…). Mais, bon, on peut voir tout ça comme une allégorie !

Journal Entry 5 by wingIndy2012wing at Paris, Ile-de-France France on Wednesday, February 10, 2016
Un livre que j'avais très envie de découvrir, merci Mariesg. J'en prendrai soin et ne laisserai aucun godelureau s'en approcher avec des intentions malhonnêtes, c'est promis.

Journal Entry 6 by wingIndy2012wing at Strasbourg, Alsace France on Friday, March 11, 2016
Une belle histoire, que celle de la narratrice sans nom ou plutôt au nom changeant. Depuis son enfance d'enfant volée à son passage à l'âge adulte dans un milieu de paumés au grand cœur, grande lectrice autodidacte (nul besoin de l'incitation d'un Jules Ferry), elle se sauve, elle s'arrête, puis repart, éprise de liberté et se cherchant elle-même.
Merci pour cette découverte, Mariesg.

Journal Entry 7 by wingIndy2012wing at Paris, Ile-de-France France on Tuesday, May 24, 2016

Released 3 yrs ago (5/25/2016 UTC) at Paris, Ile-de-France France

CONTROLLED RELEASE NOTES:

Que file le TGV, que fleurissent les boutons d'or, le poisson revient chez lui !

Journal Entry 8 by wingMariesgwing at Vitry-sur-Seine, Ile-de-France France on Wednesday, May 25, 2016
Mon Poisson D'or, ne le réveillons pas.
**Hum, désolée, je n'ai pas pu m'en empêcher - je mérite largement un coup de sabots (léger) de bison laineux et une friction de berce du Caucase pour me punir de ce jeu de mots complètement bulleux. Je me repens et me re-pends... (pas mieux, dodo !).**

Merci !

Journal Entry 9 by wingMariesgwing at Annecy-le-Vieux, Rhône-Alpes France on Saturday, July 16, 2016

Released 3 yrs ago (7/16/2016 UTC) at Annecy-le-Vieux, Rhône-Alpes France

CONTROLLED RELEASE NOTES:

Laissé au pays des crevettes, où les chats apportent des souris (et non des rats) à leur maîtresse.
J'espère que cette dernière aimera ce poisson. En tout cas, c'est avec elle, qu'il y a 23 ans, j'ai lu mon premier Le Clézio... Jolis souvenirs. :o)

Journal Entry 10 by wingQalaatwing at Madrid, Madrid Spain on Friday, August 23, 2019
Trouvé dans mon colis d'anniversaire...Merciii, Mariesg!!

Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.