Chiens d'Arras

by J Wouters | Mystery & Thrillers |
ISBN: 2914657307 Global Overview for this book
Registered by Marie-Ange of Lestrem, Nord-Pas-de-Calais France on 7/27/2015
Buy from one of these Booksellers:
Amazon.com | Amazon UK | Amazon CA | Amazon DE | Amazon FR | Amazon IT | Bol.com
This book is in the wild! This Book is Currently in the Wild!
5 journalers for this copy...
Journal Entry 1 by Marie-Ange from Lestrem, Nord-Pas-de-Calais France on Monday, July 27, 2015
Un polar en Nord qui emmène le lecteur à Arras, chef lieu du Pas de Calais.

Journal Entry 2 by wingsouramwing at Genève, Genève Switzerland on Friday, July 31, 2015
Le mois de juillet finit avec l'arrivée du relais d'été ! Merci beaucoup, Marie-Ange !!
J'ai trouvé ton colis avec, entre autres, ce livre, dans ma boîte à lettres, avec, en plus, un jeu de cartes, des infos sur la région Nord-Pas-de-Calais, plein de choses qui me restent encore à découvrir, d'autant que je ne suis jamais encore allé dans cette région. Peut-être l'été prochain ? Je verrai d'ici là.


Journal Entry 3 by wingsouramwing at Genève, Genève Switzerland on Saturday, December 10, 2016
Arras. Louise rend régulièrement une visite à quelqu'un qu'on appelle Jean... Elle travaille dans une agence immobilière. Voilà, je ne veux pas déflorer quoi que ce soit. L'ambiance entre amour et double jeu est palpitante. On voyage d'Arras à Lille et vice-versa.

J'ai repéré certaines rues d'Arras sur un plan Google: rue du Puits Saint-Josse, rue du Nocquet d'Or, rue du Fer à Cheval...

Journal Entry 4 by wingsouramwing at Genève, Genève Switzerland on Sunday, December 11, 2016
Il y a donc des boves à Arras. Et pas uniquement à La Roche-Guyon. (Passages souterrains)

(La suite de ce commentaire n'a aucun lien avec le polar:)

Les survivantes se rappelleront le studio de danse d'Anita K. Les immeubles sans digicode... Je sais que pareille séquence de mots, "immeubles sans digicode", sonne bizarrement de nos jours. Pourtant, c'était la réalité. Pas dans la savane. A Genève. Bon, quiconque a moins de 50 ans ne saurait me croire. Je n'invente rien, pourtant. Il était une fois la librairie Prior, à la Cité, la distribution des prix en fin d'année scolaire, et les immeubles sans ces claviers à chiffres protégeant des invasions. Quiconque se fait attaquer dans la rue appréciera ce gadget. Si des voyous vous poursuivent près de chez vous, n'essayez pas de regagner votre immeuble. Ce geste stratégique devrait être enseigné à l'école.
Autrefois, jadis, quand j'étais enfant (yeux ronds de l'étudiante en immersion: "Il parle de quelle époque là ?") un copain a déraillé.
Il ne conduisait aucun tramway mais il a déraillé quand même. Les tramways, il les recensait. A un arrêt près de chez nous (lui et moi habitions à cinq minutes l'un de l'autre) * a bien dû traînasser une heure et demie ! Calepin et stylo en main. Sans monter dans aucun véhicule. * (appelons-le Lucien) me voit arriver, se rue vers moi tout sourire, l'air triomphant...
Il a gagné un superbazooka à un jeu de devinettes ? Lu une blague de carambar spécialement drôle, comme "Comment appelle-t-on la femelle du condor ? Le lit, parce que c'est là qu'on dort" ou un truc de ce niveau ?
Oh non, pas du tout...
- Eh, regarde ça, dit-il. J'ai noté les numéros des motrices et des remorques de tous les trams qui se sont arrêtés là !
Lucien me montre une suite de nombres à trois chiffres. Je suis supposé montrer admiration et émerveillement.
- Les remorques n'ont pas de numéro plus grand que 330... annonce-t-il, comme s'il démontrait un théorème.
Brièvement, j'essaie d'imaginer pour quelle obscure raison aucune remorque de tramway genevois 331 n'existe. Mais je renonce vite.
Lucien a trouvé ensuite d'autres marottes avant de mal finir. A cause de la boisson. Il a moins bien tourné qu'un autre copain, celui qui dégonflait les pneus de son vélo pour rouler sur la neige, parce que dégonfler les pneus améliorait l'adhérence, déclarait-il à qui voulait l'entendre, et même à ceux qui ne voulaient pas.
S., elle, a émigré en Australie.
A l'ère où les gags de carambar font rire, où les autocollants italiens s'échangent presque comme des actions en bourse à cause de la Coupe du Monde de Foot en Argentine, celle avec Mario Kempes, voilà, S. connaissait déjà le pays des wombats. Cela ne m'a pas déconcerté d'apprendre sa migration aux antipodes, du coup.
Surtout à cause de l'exposé sur les kangourous.
Pas les slips. Nous étions en période de latence, bordel.
La conférence de ma copine sur les marsupiaux bondissants, wallabies et autres, restera dans les mémoires des rescapés comme l'un des plus documentés et fouillés ("fouille", en français populaire, "poche") jamais proférés en classe en ce temps-là. Taille et masse du nouveau-né, durée de maturation dans la poche maternelle, espèces existantes, bref, la fille a devancé son âge. Elle m'a appris le mot wallaby. Ce n'est pas un écrivain, James Cuthbert Wallaby, mais un kangourou d'une certaine catégorie.
- Je n'arrive pas à me représenter l'infini... confia une fois, en train, en route vers un but de course d'école, la même fille.
L'univers est plus complexe qu'un kangourou. Un kangourou plus accessible que le Musée d'ethnographie, où nous avions été emmenés sans grande préparation, à huit ans environ: seule une momie précolombienne a focalisé notre attention. Depuis, elle n'est plus exposée au regard du public.
Les boomerangs aborigènes n'avaient pas de secret, au musée, pour l'oratrice de l'exposé sur les kangourous.
Ni Mount Isa.
- Mount Isa ? Je connais... a-t-elle dit chez moi en regardant une carte du monde au mur de ma chambre.
Entre-temps, le maire de Mount Isa a incité les filles "not so pretty", pas trop glamour, à s'établir dans sa ville. S. n'aurait pas fait l'affaire. C'est pour cela qu'elle réside dans la périphérie de Sydney. (Si elle m'entendait !)
Pour piger cette époque bizarre sans Minitel ni Internet (mais des avions volaient déjà, sauf qu'un billet d'avion était un luxe, avant les compagnies criquets pèlerins, les "locusts") il pourrait être utile - quoique - de savoir que j'ai reçu deux livres en guise de prix scolaires primaires: "Trois garçons en Amazonie", d'Antonieta Dias de Morais, en quatrième primaire, et "Le Miroir de Léonard Stirky" de Dominique Mauriès, en sixième.
Il peut être intéressant de savoir que "le gardien du Pérou courait jusqu'au milieu du terrain pour dégager le ballon". Sans doute en 1978 en Argentine. Si c'est Lucien qui l'a dit, lui qui notait peut-être les numéros des joueurs, autant le croire, non ? Quant aux filles, elles jouaient "à l'élastique". Pas pour l'envoyer dans notre portrait en le lâchant. Pas cet élastique-là. Elles tendaient entre deux supports un élastique d'habit, blanc et long (rien de pervers) et il en résultait un double cordage par-dessus lequel les princesses sautaient en inventant des figures, je ne sais pas très bien lesquelles, ce jeu n'était pas mixte. N'étant pas une fille, je reste dans le vague.
Ensuite...
J'ai appris à esquiver les zombies du mobile. Quand je vois arriver un jeune dont le regard est rivé sur son mobile, j'anticipe la collision en l'évitant. C'est mon expérience des autos tamponneuses qui me sert là. Tout savoir est bon à prendre. De tels zombies, en 1977-1978, n'existaient pas.
- Ah, tu es arrivé en même temps que moi ! s'exclame *, 50 ans et demi comme moi.
Nous nous embrassons devant l'immeuble.
- Je me réjouis de ces retrouvailles... dit * (elle) Tu penses, on en a perdu de vue certains depuis trente-sept ans !
J'approuve. Et j'ajoute (lorgnant l'une de mes poches):
- Le digicode, je crois que je l'ai.

Journal Entry 5 by wingsouramwing at Genève, Genève Switzerland on Monday, December 12, 2016
Terminé. Quels rebondissements ! Bien aimé.

Journal Entry 6 by wingsouramwing at Genève, Genève Switzerland on Friday, December 30, 2016
Je l'ai mis de côté pour la bookbox suisse.

Journal Entry 7 by wingsouramwing at Bookbox, A Bookbox -- Controlled Releases on Wednesday, January 04, 2017

Released 2 yrs ago (1/2/2017 UTC) at Bookbox, A Bookbox -- Controlled Releases

CONTROLLED RELEASE NOTES:

Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser. (Richard Bach)
Profitez du présent, n'attendez pas après-demain.

Dans la bookbox romande.

Arras est le lieu d'une affaire bizarre, où des chiens ne sont pas impliqués dans des pitreries extravagantes mais disparaissent...

Journal Entry 8 by wingYdam21wing at Belgium, RABCK -- Controlled Releases on Saturday, April 08, 2017

Released 1 yr ago (4/11/2017 UTC) at Belgium, RABCK -- Controlled Releases

CONTROLLED RELEASE NOTES:

... libéré pour le plaisir du partage et de la découverte.

Ce livre a fait une "étape" chez moi. Son voyage continue entre vos mains
Bonne lecture !

Journal Entry 9 by zazi5 at Hotton, Luxembourg / Luxemburg Belgium on Wednesday, April 19, 2017
Waaah quelle surprise ce matin au facteur, j'ai reçu un ENORME colis d'Ydam avec plein plein plein de livres à l'intérieur. Ils vont rester un petit peu au chaud avant d'être libérés dans les boîtes à livres d'Hotton. Un tout grand merci :)

Journal Entry 10 by wingAnonymousFinderwing at Hotton, Luxembourg / Luxemburg Belgium on Tuesday, June 13, 2017
J'aime les chiens, pourtant j'ai apprécié ce livre.
Lamaman deZAZI 5

Released 6 mos ago (9/15/2018 UTC) at Mormont - Boîte à livres place du Batty in Érezée, Luxembourg / Luxemburg Belgium

WILD RELEASE NOTES:

Bienvenue sur Bookcrossing et bonne lecture :)

Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.