Jan Karski

by Yannick Haenel | History |
ISBN: 2070440265 Global Overview for this book
Registered by rainetterieuse of Plancoët, Bretagne France on 12/28/2012
Buy from one of these Booksellers:
Amazon.com | Amazon UK | Amazon CA | Amazon DE | Amazon FR | Amazon IT | Bol.com
This book is in the wild! This Book is Currently in the Wild!
5 journalers for this copy...
Journal Entry 1 by rainetterieuse from Plancoët, Bretagne France on Friday, December 28, 2012
4ème de couverture :
Jan Karski est un messager de la résistance polonaise. En 1942, il entre dans le ghetto de Varsovie, puis essaie d'alerter le monde sur la sort de la Pologne et l'extermination des juifs d'Europe.
Pourquoi Jan Karski n'a-t-il pas été écouté? Que s'est-il passé, à Washington, en 1943, lors de son entretien avec le président Roosevelt , Qu'est-ce que Jan Karski veut dire lorsqu'il déclare: " je suis un catholique juif " ?
Ce livre, avec les moyens du documentaire, puis de la fiction, interroge le destin de cet homme exceptionnel, dont l'existence modifie l'histoire du XXe siècle.

Journal Entry 2 by rainetterieuse at Pontrieux, Bretagne France on Monday, July 15, 2013

Released 5 yrs ago (7/15/2013 UTC) at Pontrieux, Bretagne France

CONTROLLED RELEASE NOTES:

Choisi et emporté par Croquignole lors de notre première rencontre : échange de livres, papotages, et visite commentée de l'expo photos de Larkéo.

Journal Entry 3 by wingCroquignollewing at Sierre, Valais / Wallis Switzerland on Monday, July 15, 2013
Merci Rainetterieuse pour cette magnifique journée et pour ce livre que je me réjouis de découvrir. Et vivement notre prochaine rencontre !

23.11.16 : Nouvelle plongée au coeur du drame de la Seconde Guerre Mondiale.
Mais cette fois en découvrant le témoignage d'un Polonais qui a tenté de secouer le monde entier pour dénoncer l'horreur vécue par tout un peuple, dans son pays.
J'avais été marquée par ma visite au Musée de l'Insurrection à Varsovie et en achetant ce livre, j'avais pensé que j'allais peut-être mieux comprendre "de l'intérieur" ce qui a poussé ces femmes et ces hommes à prendre les armes, à oser affronter le monstre nazi alors que la situation était désespérée.

Ce roman m'a emmenée ailleurs...
...vers les tentatives de ces messagers qui ont pris tous les risques pour tenter d'alerter les gouvernements et l'opinion publique sur ce qui se passait réellement.
...vers le reste du monde qui continue de manger à sa faim, insensible, indifférent, alors qu'un drame immense se passe.
...vers la colère et la révolte qui met en route, qui motive, qui engage.
...vers le silence qui suit l'échec de la parole, qui enferme dans un premier temps mais qui rend libre ensuite.
...vers "Le Cavalier polonais" de Rembrandt qui a su redonner vie, paix et souffle à Jan Karski.
...vers des émotions contrastées, douloureuses parfois, pleines d'espérance et de respect d'autres fois.

J'étais au courant de la polémique autour de ce livre avant d'en découvrir les pages. Et cela a passablement perturbé ma lecture. Qu'est-ce qui est vrai ? Qu'est-ce qui est volontairement distordu, exagéré par l'auteur pour nous faire réagir ? Les trois parties distinctes, voulues par Yannick Haenel m'ont toutefois un peu aidée en ce sens et j'ai finalement lu cette oeuvre comme un roman.

Impossible, forcément de rester insensible à la lecture de ce témoignage poignant et face à tant de souffrances endurées en vain.
Et puis, toujours ces lancinantes questions qui m'habitent à chaque fois que lis quelque chose sur cette guerre : Et si j'avais été en vie à cette époque, qu'aurais-je fait ? Qui aurais-je cru ? Aurais-je été dans le camp des faibles qui préfèrent détourner la tête ? Aurais-je pris les armes pour me battre aux côtés des persécutés ? Aurais-je pris des risques pour sauver des vies ou au contraire aurais-je dénoncé avec un sourire le juif, le résistant qui tentait de survivre ?

Jan Karki a ajouté un autre regard à ma compréhension de l'horreur du génocide nazi. C'est bien, mais qu'est-ce que j'en fais maintenant ? Comment appréhender ce Mal. Comment le transformer ? Comment éviter de le reproduire ? Comment en parler à mes élèves ?
Je referme les pages de ce livre mais pas de l'Histoire.
Elle m'habite. Elle fait partie de moi.

Journal Entry 4 by wingCroquignollewing at Sierre, Valais / Wallis Switzerland on Sunday, November 27, 2016

Released 2 yrs ago (11/28/2016 UTC) at Sierre, Valais / Wallis Switzerland

CONTROLLED RELEASE NOTES:

S'en va rejoindre une lectrice qui l'a sur sa liste de souhaits. Bonne lecture ! :-)

Journal Entry 5 by wingKundriwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Tuesday, December 06, 2016
Quel bonheur de trouver ce livre inattendu dans ma boite aux lettres! Avec quelques jolies étiquettes en prime... Merci à toi Croquignolle, vraiment.

J'avais entendu parler de ce livre lors d'une émission radio, et bien que je ne lise pas si souvent que cela des biographies, j'avais été tentée par celle-ci. Je me réjouis de la découvrir.

Journal Entry 6 by wingKundriwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Monday, October 09, 2017
J'ai lu ce livre d'une traite aujourd'hui, à l'occasion d'un déplacement. Comme à chaque fois que je lis un témoignage sur un résistant, je suis admirative devant le courage et l'abnégation nécéssaires. Et comme Croquignolle, je me demande comment moi j'aurai réagi. Aurai-je fermé les yeux par commodité, comme le plus grand nombre?

De manière plus distanciée, la lecture de livres tels celui-ci me semble absolument nécéssaire. Chacun des récits que j'ai lu sur les guerres mondiales n'est jamais redondant avec les autres, mais apporte un nouvel éclairage, de nouvelles pistes de réflexions.

En revanche, autant j'ai aimé les deux premières parties du livre, autant je suis dubitative quant à la troisième. Il me semble quelque peu présomptueux de se glisser dans les pensées d'un personnage historique réel... Comment savoir ce que pensait Jan Karski? Bon, cela se fait régulièrement, et je comprends la démarche de l'auteur, mais enchaîner un récit qui sort de l'imagination de l'auteur juste après deux récits factuels et objectifs me gêne un peu - et ce même si Yannick Haenel annonce d'emblée le caractère fictif de la troisième partie. Cela m'aurait mieux convenu si l'auteur avait rédigé la 3ème partie en son nom.

Released 1 yr ago (11/27/2017 UTC) at Rue de la République in Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France

WILD RELEASE NOTES:

J’ai laissé ce livre sur une étagère de la salle d’attente de l’un des cabinets médicaux situés au 22 rue de la république.
* * *
Pour ceux qui découvrent le phénomène du BookCrossing: Bienvenue et bonne lecture !
N'hésitez pas à venir sur le forum francophone pour faire connaissance avec les bookcorsaires (et poser vos questions si vous en avez).

Journal Entry 8 by wingC-Maupinwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Monday, November 27, 2017
Je reçois l'alerte de libération, aussitôt je téléphone à Gérard qui va bientôt rentrer, pour lui dire de s'arrêter au cabinet médical et chasser le livre. Il revient sans avoir rien trouvé...
Comme nous avions une course à faire cet après-midi, je repasse au cabinet médical, m'aperçois qu'il y a plusieurs salles d'attente, et, forte de bien des informations, je détecte la bonne et trouve le livre !

Journal Entry 9 by wingC-Maupinwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Saturday, December 02, 2017
J'ai lu avec beaucoup d'intérêt ce livre .
L'indifférence ou la complicité des alliés est terrible (je me rappelle mon beau-père, jeune homme rentrant à Paris après la fin de la guerre - il s'était caché à la campagne, car il était juif - et rencontrant un soldat américain. Naturellement le soldat américain avait un immense prestige devant mon beau-père. Quel a été son désarroi quand l'américain lui a dit : dommage qu'Hitler n'ait pas achevé de nous débarrasser des juifs !)
Cette indifférence, ou plutôt ce rejet, apparaît bien dans l'histoire relatée par G. Sinoué dans "un bateau pour l'enfer".
Moyennant quoi, je me dis qu'il vaudrait mieux voir le film de Lanzmann (la première partie, courte, donnant les réactions de l'auteur du livre devant le début du film, m'a paru bien répétitive), lire le livre de Karski plutôt que son résumé, aussi intéressant ce résumé soit-il.
Quant à la troisième partie elle m'a paru totalement superflue.
L'image est une reproduction du tableau "le cavalier polonais" de Rembrandt.

Journal Entry 10 by wingC-Maupinwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Saturday, January 27, 2018
Gérard l'a lu.

Journal Entry 11 by wingC-Maupinwing at Avenue Henri Janin in Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Saturday, January 27, 2018

Released 1 yr ago (1/27/2018 UTC) at Avenue Henri Janin in Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France

WILD RELEASE NOTES:

A 17 h 40, à l'angle de l'avenue Henri-Janin et de l'avenue Albert, sur un poteau électrique, une libération dans le cadre du défi SSMs : libération au coucher du soleil d'un livre en relation avec l'Holocauste, en ce 27 janvier-journée de commémoration de l'Holocauste

Journal Entry 12 by wingC-Maupinwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Monday, January 29, 2018
Libéré au crépuscule du soir, le 27 janvier. Au crépuscule du matin du 29 janvier, il était encore en place.
Je l'ai repris pour l'envoyer à quelqu'un qui souhaite le lire.

Journal Entry 13 by wingC-Maupinwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Monday, January 29, 2018

Released 1 yr ago (1/29/2018 UTC) at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France

CONTROLLED RELEASE NOTES:

Il s'en va rejoindre quelqu'un qui a envie de le lire.

Journal Entry 14 by wingjemlirewing at Pau, Aquitaine France on Wednesday, January 31, 2018
C'est moi qui ai envie de le lire, ou plutôt qui ai eu envie de le lire dès sa parution.
Alors merci C-Maupin de m'en fournir l'occasion. Il est vite arrivé!

Coïncidence, qui n'en est pas une puisque c'est l'époque de la commémoration de la shoah, j'ai eu hier soir l'occasion de regarder l'interview par Claude Lanzmann de l'une des "Quatre Sœurs", Paula Biren, qui avait vécu dans le ghetto de Lodz. Ces témoignages de survivants sont rares, et moi qui viens de lire " Le Wagon" qui raconte le voyage de l'un des derniers convois vers l'Allemagne, je peux voir la différence entre quelque chose de vécu et quelque chose d'imaginé.
En tout cas, j'ai pu mieux saisir comment le plan des nazis pour contraindre une population à se soumettre avait pu fonctionner. Ils ont pu le faire grâce au mensonge, en semant la terreur, mais aussi en comptant sur l'affection que se portaient les membres de familles soudées. C'est terrible.

Lorsque je lirai "Jan Karski", j'aurai en tête le regard et les soupirs de Paula Biren.

Journal Entry 15 by wingjemlirewing at Pau, Aquitaine France on Sunday, January 27, 2019
Incroyable! Incroyable histoire, et magnifique récit!
La première partie nous restitue l'émotion, intacte, de Jan Karski, insoutenable, lors qu'il doit une fois encore raconter ce qu'il a vu de ses propres yeux dans le ghetto de Varsovie. D'autres récits, témoignages écrits cachés retrouvés depuis ou même images corroborent les faits décrits par Jan Karski. Cependant, c'est son impossibilité à supporter ou accepter l'inacceptable qui nous renvoie à nos propres émotions, à notre humanité.

La deuxième partie nous emmène dans un incroyable récit, presque rocambolesque, n'étaient les tortures et disparitions des proches de Jan Karski. Cette deuxième partie est consacrée aux voyages de Jan , devenu émissaire de la résistance polonaise vers les puissances occidentales. Elle nous permet une fois encore de ressentir l'urgence à transmettre les informations aux grandes puissances seules capables de sauver les Juifs d'un anéantissement.


La dernière partie, où Yanick Haenel fait parler Jan Karski m'a tout d'abord semblée faible, fabriquée. Mais rapidement, j'ai compris qu'elle était la parole de Yanick Haenel lui-même, au nom de tous, de tous ceux qui veulent comprendre comment tout ceci a pu arriver, et tentent de ne pas se voiler la face.
Face à Roosevelt : " Au bout d'une heure, je n'avais plus qu'une idée en tête, m'échapper... J'avais affonté la violence nazie, j'avais subi la violence des Soviétiques, et voici que je faisais connaissance avec l'insidieuse violence américaine... Une violence qui vous exclut par la surdité, par l'organisation d'une surdité qui empêche tout affrontement... Chaque fois, dans les pires conditions, j'avais réussi à m'échapper. Mais comment s'évade t-on d'un canapé? En sortant ce soir-là de la Maison Blanche avec l'ambassadeur, j'ai pensé qu'à partir de maintenant c'était ce canapé qui allait régner sur le monde, et qu'à la violence du totalitarisme allait se substituer cette violence-là, une violence diffuse, civilisée, une violence si propre qu'en toutes circonstances le beau nom de démocratie saurait la maquiller".
Le récit continue, fiévreux, mettant en cause les alliés qui savaient tout mais ont fait de la résistance à leur façon pour éviter d'accueillir cette nombreuse population de malheureux.
La fin de cette troisième partie nous emmène dans un lieu où l'homme est seul, face à sa responsabilité. " Personne n'échappe à cette abjection qui partage les hommes entre ceux qui meurent et ceux qui donnent la mort... Car il y a les victimes, il y a les bourreaux, mais il y a également ceux qui sont à côté, et qui assistent à la mise à mort... C'est à partir du moment où un vivant éprouve sa distance avec un homme qu'on met à mort qu'il fait l'expérience de l'infâmie."
La grande question posée est celle de l'humanité, et il termine en disant qu'il a fait l'expérience de l'impossible, qu'une partie de lui est morte au spectacle de toutes les exactions commises, mais "qu'on peut redonner vie à la parole par la parole". "Parler, c'est faire en sorte que tout ce qui est mort redevienne vivant, c'est rallumer le feu à partir de la cendre... Je crois que si l'on ne s'arrêtait plus de parler, si la parole pouvait coïncider avec la moindre parcelle de notre existence, et que chaque instant ne soit plus que parole, alors il n'y aurait plus de place en nous pour la mort."
Au final, ce livre est profond, humain, de toute beauté.

Et merci à C-Maupin de m'avoir passé le livre, et d'avoir inclus dans son commentaire le tableau du "Cavalier polonais"!




Journal Entry 16 by wingjemlirewing at Cinéma Le Méliès in Pau, Aquitaine France on Sunday, January 27, 2019

Released 3 mos ago (1/27/2019 UTC) at Cinéma Le Méliès in Pau, Aquitaine France

WILD RELEASE NOTES:

Sur l'étagère du Mélies : je voulais lui donner l'occasion d'être pris par quelqu'un qui le lirait.
SSM:27 janvier, journée de commémoration de l'Holocauste

Vous avez trouvé un livre voyageur, lisez-le ou non et re-déposez-le où vous le souhaitez ensuite.
Find me! Make a journal entry to follow my travels!



Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.