"Une phrase de la page 100 de votre livre" ☺☺☺

Forum » French - Français | Refresh | Search

Sort Options 

Complete Thread
Et ça sera donc une phrase de la page 100 de votre livre

 

Il parait que l'on peut créer des jeux avec les doublons !!!

 

Il parait que l'on peut créer des jeux avec les doublons !!!

C'est vrai que ça arrive !
:o)

 

ah oui au fait qu'est devenu le doublon avec les chiffres?

 

ah oui au fait qu'est devenu le doublon avec les chiffres?


Je l'ai remonté.

 

ah oui au fait qu'est devenu le doublon avec les chiffres?


Je l'ai remonté.

Merci, Souram :o)

 

Une idée:
Nous avons déjà "la première phrase" et "la dernière phrase", alors pourquoi pas une phase du milieu de votre livre? Page 100 par exemple (et tant pis pour les romans de moins de 100 pages)

 

Au-revoir là-haut, Pierre Lemaître :
"C'est ça dont il se souviendrait toujours, ses yeux à cet instant, mouillés, fixes, qui le regardaient, lui."

 

"C'est encore moi ! Ne vous en faites pas, restez tranquille. Je suis juste venu bavarder un peu."
Franchement, j'ai dû tomber sur la phrase la plus plate du livre ! :o)

 

" Toi, ver de terre, tu jouerais Alexandre le Grand ? Tu oserais, moustique, jouer un éléphant ? "

 

" Toi, ver de terre, tu jouerais Alexandre le Grand ? Tu oserais, moustique, jouer un éléphant ? "

Whaou!

 

"Tout le monde dit que t'es en train de faire la plus grosse connerie de ta vie."

Je ne sais pas encore si c'est une connerie qu'il est en train de faire, je suis au milieu du livre (page 395)

 

Le brouillard de glace produit un bruit délicat, un tintement cristallin à peine audible, c'est magnifique.

(Ce n'est pas par chez moi que je risque d'en voir !)

 

"Avec sa minceur notoire et la pâleur anguleuse de sa peau, comme une statue de glace assise à un pupitre,Valente répondit immédiatement, d'une voix claire et nette."

 

"C'est cet été-là, sur la corniche de Marmaris, qu'il me parla pour la première fois de son enfance en Tunisie."


super idée que ce fil ! C'est souvent vers la 100ème page que tout bascule...

 

Je cherchais un beau livre à lâcher pour mon 8000e...Il était dans ma PAL.
Je me dépêche de le lire...

Fiodor Kouzmitch, gloire à lui, n'avait point menti: tout juste une semaine après sa sérénissime visite, il daigna édicter un Oukase, lequel Oukase fut distribué à toutes les Isbas de Labeur afin d'y être copié en multiples exemplaires, tâche à laquelle Benedikt se trouva également affecté.

 

The experts never mentioned the soul, but Ibrahim was sure that if there was such a thing you'd find it there, buried deep inside that soft grey jelly.

 

Nous sommes géniaux !!! (les auteurs aussi !)

 

Nous sommes géniaux !!! (les auteurs aussi !)

Yessss absolument!

 

Nous sommes géniaux !!! (les auteurs aussi !)

Yessss absolument!

Surtout nous, en fait, soyons réalistes ! :o)

 

Nous sommes géniaux !!! (les auteurs aussi !)

Yessss absolument!

Surtout nous, en fait, soyons réalistes ! :o)

... tout en restant modestes! :)
MDR!

 

Nous sommes géniaux !!! (les auteurs aussi !)

Yessss absolument!

Surtout nous, en fait, soyons réalistes ! :o)

... tout en restant modestes! :)
MDR!

LOL

 


"Etais-ce la distance ? Etaient-ce les mots sur le papier, inconfortables, inchangeables ?"

 

"Le numéro de ticket 0765 correspondait pourtant à celui des cravates."

 

" Et nous, les pauvres parents des Balkans, nous etions venus en Grece non seulement parce que c'etait le pays le plus proche geographiquement et culturellement, mais aussi parce qu'il incarnait a nos yeux l'Occident, la Communaute Europeenne et l'OTAN des Balkans "

 

Cette Kabouli de 13 ans raconte sa vie au quotidien avec la collaboration d'une Française. Voici ce qu'elle dit sur la France à la page 76 de l'édition de Poche :

" A propos de parfum, on m'a raconté une histoire étonnante. Il paraît qu'en France, le pays du parfum, des hélicptères ou des avions, je ne sais plus bien, survolent tous les matins le pays en arrosant les gens de fragances subtiles. Je ne sais plus qui m'a raconté ça. Mes copines aussi en ont entendu parler. "

Mon commentaire : je trouve ce passage génialissime !!!!

 

"Your kindness is all the more valuable, being unlooked-for."

 

Il n'y a que 72 pages, donc vous n'aurez pas droit à un extrait. Dommage ;o)

 

Il n'y a que 72 pages, donc vous n'aurez pas droit à un extrait. Dommage ;o)

 

" Furtif a vu le monticule hérissé d'ajoncs derrière lequel il pourrait se cacher s'il avait le temps de fuir, mais il hésite, sa cuisse blessée a le poids d'un rocher et le retient cloué au sol."

Furtif est un renard pourchassé par 2 hommes.

 

Mais c'est fou ce qu'un escalier a besoin de planches.

 

Extrait du livre de Franck Tallis "Du sang sur Vienne" : Il est peut-être vieux, et sa mémoire est peut-être défaillante, n'empêche que vous lui avez fait une forte impression"

 

"Là, toutes les portes étaient fermées, et ils descendaient le couloir où les portraits de plusieurs générations de Gerrard au visage grave alternaient avec les appliques délicatement ouvragées répandant des demi-cercles de lumière sur les murs pâles, lorsque Saint-James vient à leur rencontre, et tendit à Lynley un sac en plastique."

 

Sans bruit, je parvins en haut de la cage d'escalier et mon funeste pressentiment y trouva une confirmation hélas immédiate.
(Florian Eglin, "Solal Aronowicz: une résistance à toute épreuve... faut-il s'en réjouir pour autant ?")

 

"J'aurais retenu tous les bruits de mon souffle pour rester là, à les observer sans qu'ils me voient, petite voleuse de rire, mais le parquet trop honnête préféra me dénoncer."

 

Et sous ses yeux, dansaient les lettres tracées de la main de son père : "Si tu veux être apprécié, meurs ou voyage."

 

"La jeune fille erra dans les larges avenues bordées de palmiers jusqu'à ce que le soleil au zénith éclaboussât de sa lumière crue les demeures couleur de bonbon fondant."
http://www.bookcrossing.com/---/12899631

 

"La jeune fille erra dans les larges avenues bordées de palmiers jusqu'à ce que le soleil au zénith éclaboussât de sa lumière crue les demeures couleur de bonbon fondant."
http://www.bookcrossing.com/---/12899631


Ah, ce livre là, j'aimerais bien le lire (je crois qu'il est dans ma wishlist) ! Tu pourras me le prêter ensuite Jemlire ?

 

Ils donnaient l'impression de pomper à eux tout seuls tout l'oxygène présent dans l'atmosphère.

 

la dernière phrase de cette page 100 :
- Carpe diem..., conclut Neil.

 

la dernière phrase de cette page 100 :
- Carpe diem..., conclut Neil.

 

Dans l'édition française, la page 100 est blanche, pas un mot :(

 

Dans l'édition française, la page 100 est blanche, pas un mot :(


MDR, dans le mien aussi !!!
Qui Xialong Cité de la poussière Rouge. Edition Liana Levi - piccolo
C'est le dernier livre de mon défi ABC 2014

 

Dans l'édition française, la page 100 est blanche, pas un mot :(


MDR, dans le mien aussi !!!
Qui Xialong Cité de la poussière Rouge. Edition Liana Levi - piccolo
C'est le dernier livre de mon défi ABC 2014


Dans "Cent sept ans" de Marie-Aimée Lebreton non plus, il n'y a pas un mot en page 100, c'est une page "sans".

 

Dans l'édition française, la page 100 est blanche, pas un mot :(


MDR, dans le mien aussi !!!
Qui Xialong Cité de la poussière Rouge. Edition Liana Levi - piccolo
C'est le dernier livre de mon défi ABC 2014


Dans "Cent sept ans" de Marie-Aimée Lebreton non plus, il n'y a pas un mot en page 100, c'est une page "sans".

Tiens, va falloir ouvrir un fil pour des livres avec une page 100 sans :O

 

Dans l'édition française, la page 100 est blanche, pas un mot :(


MDR, dans le mien aussi !!!
Qui Xialong Cité de la poussière Rouge. Edition Liana Levi - piccolo
C'est le dernier livre de mon défi ABC 2014


Dans "Cent sept ans" de Marie-Aimée Lebreton non plus, il n'y a pas un mot en page 100, c'est une page "sans".

Tiens, va falloir ouvrir un fil pour des livres avec une page 100 sans :O


Hi hi hi (plagiat...) oui pourquoi pas ?

 

- Il faudra revenir le week-end, dit le patron, ils feront de nouveau cracher les canons.
("La Trace du fils", de Gaspard-Marie Janvier; précision: ces "canons"-là sont des canons à neige)

 

Tout est possible.

 

"Et maintenant, un sujet difficile à aborder, mais inévitable."

http://www.bookcrossing.com/---/12796335
Pour les intéressé(e), un Ray est lancé.

 

Page 100 :

Il apprit les bonnes manières, les règles du protocole et les valeurs de la démocratie occidentale, mais sans obligation de les mettre en pratique puisqu'il régnait avec droit de vie et de mort sur les 300 000 âmes du Kapurthala.

 

page 206

Qu'un Indien aille vivre en Europe et s'habille d'un costume et d'une cravate ne surprend personne ; mais qu'une Européenne épouse un Indien, parte aux Indes, s'habille en princesse et vive comme elle en a envie, voilà qui est scandaleux.

 

De plus, ses aïeux, les Finlandais des forêts de Savolax, n'avaient jamais rien utilisé d'autre que le bois.

 

Ce fut une tempête.

 

Ce fut une tempête.


Hier soir en région parisienne ce fut le cas !!

 

Puis il s'est arrêté en route et l'a dévoré.

 

Titubant, je rentrai à l'hôtel avec la sensation étrange, grisante, vertigineuse, que la porte de mon enfance venait d'être claquée une bonne fois, et que rien ne serait plus jamais pareil.

 

"L'extraordinaire histoire de Fatima Monsour", Joanne et Gerry Dryansky

L'entrée principale était charmante - une architecture moderniste d'inspiration vaguement égyptienne - , flanquée d'un petit bâtiment assorti et bien proportionné au fronton duquel on lisait CONSERVATION.

http://www.bookcrossing.com/---/9729495

 

" Je raconte mon histoire, une fois encore, avec l'impression agaçante d'exposer la situation d'autrui, d'être étranger à ce qui m'arrive."

 

Rien de "Mort aux cons". La page 100 est blanche.

 

Le dernier livre lu n'a que 80 pages... ☺

"L'énigme de la Marie Galante", Georges Simenon, pioché aussi dans la caisse MBC, vite lu toute à l'heure au resto, entre le dessert et le café ☺

 

"Je regarde autour de moi, c'est toujours très instructif."

 

Thomas Cathcart et Daniel Klein :
Et si ce n'est pas vrai par définition, il ne se passe rien.

 

On pouvait entendre le pépiement des moineaux que le vacarme de la prison n'étouffait pas encore - même dans cette forêt de ciment, il y avait des oiseaux qui chantaient.

 

Depuis, elle était prise dans un engrenage, elle n'avait plus le choix, continuer ou être broyée...

 

Une lueur fraîche et douce emplissait les yeux noirs de Eun-Ok comme une forêt claire où passe le soleil du matin.

 

Alors, note bien: tu la ferme, d'accord?

 

"Les premiers officiers et autres qui perdaient charges et pensions faisaient retentir l'air de leurs cris, tandis que toutes ces femmes qui étaient à Saint-Cloud, et qui perdaient leur considération et tout leur amusement, couraient çà et là criant échevelées comme des bacchantes."

 

- Ce ne sont pas des esprits, nous pouvons les tuer !
("Black Whidah" de Jack Küpfer)

 

Ce n'était point une sinécure les fonctions de vacher dans cette ferme modèle.

http://www.bookcrossing.com/---/12877158/

 

 

"Je n'avais jamais entendu dire que certains hommes se privaient de quoi que ce soit sous prétexte qu' ils s'inquiétaient de leur kilos."
http://www.bookcrossing.com/---/12914282/

 

Raymonde courait, les bras levés, en longeant les préaux. Lucie traversa en hâte le bâtiment nord, stoppa en haut du perron. En contrebas, dans la cour le spectacle était surprenant. " le pensionnat " Josette alia.

 

Tu sais bien qu'ici il faut vivre au jour le jour sans trop se poser de questions.

 

"On ne peut rien contre les mères", murmura-t-elle à son image dans le miroir de la salle de bain.

 

J'aimerais bien essayer une vie d'homme, une fois... pas longtemps, mais juste une petite fois, pour voir comment c'est.

(Vous avez compris, c'est le chat qui parle :-) )

 

He [Marc Chagall] founded the Vitebsk College of Arts, where Él Lissitzky and Kazimir Malevich taught, and organized a number of impressive street festivals to celebrate the many holidays instituted by the new government.

 

Maintenant, excusez-moi, mais j'ai terminé le repassage et je dois nourrir les pigeons.

 

"Chaque homme qui leur était amené subissait une piqûre à l'essence soit dans la veine du bras, soit dans la carotide, suivant leur désir du moment, parfois même directement au cœur à travers le sternum."

 

" Ils éteignirent leur lecteur CD et remballèrent leurs affaires et la foule se désagrégea, mais le vieil homme continua à danser devant la cathédrale, les bras en croix, les yeux clos, comme si la musique et les spectateurs n'avaient pas disparu."

 

Depuis, sans le dire, [Razu] s'est procuré un "kukri", un de ces larges et mythiques couteaux aux lames effilées qui ont fait la réputation des courageux guerriers gurkhas qui tranchent les têtes d'un seul coup de lame.
("Sous le toit du monde", de Bernadette Pécassou)

 

" Moi, au contraire, je retrouve une partie de mon passé et je continue en queque sorte le voyage commencé au Turkestan russe ; je connais déjà l'odeur des chameaux, leur haleine fétide quand ils ruminent, je sais la halte au point d'eau, la collecte du crottin pour le feu et les joies que procure le thé bouillant ; je n'ignore pas la recherche des bêtes égarées à la poursuite de leur pâture, ni le silence des nuits où les yeux brûlent d'avoir trop regardé le vent. "

 

" Moi, au contraire, je retrouve une partie de mon passé et je continue en queque sorte le voyage commencé au Turkestan russe ; je connais déjà l'odeur des chameaux, leur haleine fétide quand ils ruminent, je sais la halte au point d'eau, la collecte du crottin pour le feu et les joies que procure le thé bouillant ; je n'ignore pas la recherche des bêtes égarées à la poursuite de leur pâture, ni le silence des nuits où les yeux brûlent d'avoir trop regardé le vent. "


Et dire qu'il m'attend depuis des mois sur ma pàl... Cet extrait me donne envie de le faire grimper sur les sommets pour qu'il soit l'un des prochains :-)

 

Les livres trouvés dans la vieille malle étaient cachés dans le revers de sa veste, près de son coeur.

http://www.bookcrossing.com/---/12875336/


 

Près de ta maison, il y avait un terrain vague, vous vous y retrouviez pour jouer.

 

Il sortit de sous son oreiller l'épaisse liasse de billets de banque entourée par un gros élastique.

 

A l'Ouest du Puente de Isabel II, cette plaza est ornée de blacons en fer forgé vitrés, appelés miradores.

 

"Vive la révolution ! Travailleurs de tous les pays, unissez-vous !" scandaient les manifestants.

 

... du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, de Romain Puertolas.

"A cette-heure-ci, il doit être en Angleterre", se dit Gustave assis à sa table de camping, à mille lieues de s'imaginer que le sujet de ses pensées se trouvait en ce moment-même à vingt mille pieds au-dessus de sa tête, dans un avion qui filait à grande vitesse vers le sud, entre un Marocain asthmatique et un Pakistanais flatulent.

 

Alors, il lui sembla que quelqu'un se dressait derrière lui et levait un bras de statue.

 

"Parcourant l'Inde depuis deux mois, nous nous sommes habitués à la foule."

http://www.bookcrossing.com/---/12818767

 

Ah, si Archimède voyait ça !

 

Ah, si Archimède voyait ça !

j'adore!

 

C'était délicieux.

 

Le jour s'ouvre doucement et je descends vers la mer.

 

"Après un corps à corps pathétique au cours duquel il serrait des ses jambes et entourait de son bras droit le corps bombé de l'instrument, le violentait et le caressait tour à tour, il finissait par faire corps avec cet être si mystérieux qu'est le violoncelle, aussi attirant qu'impénétrable."

 

Il se précipita dans la voiture, prit la feuille qu'il venait de voler, et ce qu'il y lut l'assombrit.

 

" Si tu crains ta femme, monte sur ta mule."

 

" Si tu crains ta femme, monte sur ta mule."

mdr!

 

"- Eh bien ! fit Cockburn en levant son verre, buvons à votre succès et à votre éléphant."

("Combat contre des ombres", de Manohar Malgonkar)

 

C'est la crise ici et c'est la crise là-bas.

 

Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.