Livre mentionné dans un livre

Forum » French - Français » Parent Thread | Refresh | Search

Sort Options 

Page 159 :
Elle prit le livre. Wolfgang Hildesheimer, était-il écrit sur la couverture blanche, et sous le nom de l'écrivain, "Tynset [1]."
[1] : "Voyage nocturne" dans la traduction française parue aux éditions Gallimard en 1967 (Note de la traductrice).

 

Complete Thread
Page 233 :
Avant, je suis passé par une librairie et je lui ai acheté "Le soleil se lève aussi" de Hemingway dans une nouvelle traduction.

 

p190 :" Beaucoup d'entre nous, dit une des étudiantes, ont été impressionnés par le roman Invisible Man, de Ralph Ellison."

p365: "Il m'a au dit qu'il irait à Kankan, le pays de L'enfant noir, ce beau roman de Camara Laye."

 

Page 159 :
Elle prit le livre. Wolfgang Hildesheimer, était-il écrit sur la couverture blanche, et sous le nom de l'écrivain, "Tynset [1]."
[1] : "Voyage nocturne" dans la traduction française parue aux éditions Gallimard en 1967 (Note de la traductrice).

 

Page 41:
Ce livre que j'intitulai "Pour l'amour de Blanche" raconte une histoire vraie...

 

Page 33:
Les protagonistes du roman de Pierre Mac Orlan "A bord de l'Etoile Matutine" retinrent particulièrement leur attention…

 

Page 30 :
On se croirait dans "La Nouvelle Héloïse" de Jean-Jacques Rousseau.

Page 349 :
Malraux, son ami personnel, occupait à l'époque la fonction de ministre de la Culture. Il connaissait bien l'Afrique et nous envoya au Centrafrique. Il nous dit alors : "C'est un pays incroyable. Fantastique." L'auteur de "La voix royale" n'aurait su mieux dire, mais il ignorait un détail d'importance : c'est là-bas que Pierre et Marie-Anne Sénicier vivaient désormais, avec leurs deux enfants.

 

p 12: " J'ai lu Le chant du monde" de Jean Giono, qui m'a donné l'idée de partir, de prendre la route. "

p 50:" il y a un texte magnifique d'Hugo Claus, Gilles et la nuit, qui raconte cet enfer. "

 

Page 157 :
Shakespeare avait-il appris la mort de Duncan dans une taverne, et entendait-il frapper à la porte de sa propre chambre lorsqu'il eut fini d'écrire "Macbeth" ?

 

Page 70 :
- C'est du Platon, dit Père. De "La République".

 

Page 108 :
"Ce que je dis trois fois est absolument vrai". Ce vers de Lewis Carroll, dans "La Chasse au Snark", semblait convenir comme un gant au sieur Mercer.

 

Page 127 :
Mais puisque, comme le veut notre cher Platon dans son "Timée", dit-elle, il faut, même en des circonstances sans importance, implorer l'assistance divine, que devons-nous faire maintenant, d'après toi, pour mériter de trouver où réside ce bien suprême ?

 

Comme l'héroine, Dita Kraus, est la jeune libraire d'Auschwitz, et qu'elle cache des livres aux yeux des Nazis.
Page 27 : "C'était une courte histoire du monde de H.G Wells. Un livre peuplé d'hommes primitifs, Egyptiens, Romains, Mayas..."
"Il y'avait aussi un roman français en mauvais état avec le titre nouveaux chemins de la thérapie psychologique par un professeur nommé Freud"
Page 28 : "Il lui expliqua que le livre en question s'appelait les aventures du bon soldat Svejk et était écrit par un alcoolique notoire qui s'appelait Jaroslav Hasek, et qui contenait des opinions blasphématoires sur la politique et la religion".

 

P. 543:
- Ce bon vieux William, toujours…
Et, retrouvant un semblant d'assurance, il se pencha sur le livre.
- "Le ciel est si lourd qu'il ne s'éclaircira pas sans orage"...
- Oui, c'est dans "Le Roi Jean", rétorqua aussitôt Mahendra.

 

Page 145 :
Gestalt aus Shakespeares "Sturm"...

 

Page 93 : I had a book with me I stole from a Hollywood stall, 'Le grand Meaulnes' by Alain Fournier, but I preferred reading the American landscape as we went along.

 

Page 167 :
Early in his senior year, delivering some applications to her, he'd spotted "Stranger in a Strange Land" on her desk, the Heinlein novel well-thumbed.

Page 372 :
"The poem ? I know. It's "Crossing Brooklyn Ferry"".
From "Leaves of Grass", Walt Whitman's masterpiece.

 

Page 186 :
Ses blessures étaient en voie de guérison, ses ecchymoses disparaissaient et frère Anselme, premier chantre et bibliothécaire, lui avait prêté le premier volume des "Confessions" de saint Augustin pour qu'il ne s'ennuie pas.

 

Pages 88-89 :
Und XuXi, chinesische Staatsbürgerin, klärte ihn auf : Wallraff war ein deutscher Reporter. Er jobbte zwei Jahre lang als türkischer Gastarbeiter bei MacDonalds und Thyssen. Daraus entstand sein Buch "Ganz unten".

Page 91 :
Es war die "Oikonomeia" des griechischen Philosophen Xenophon, verfasst im 4. Jahrhundert vor Christus.

 

Page 41 :
Assise près de la cheminée, elle était plongée dans la lecture du roman de Robert Louis Stevenson, "Le Dr Jekyll et M. Hyde", publié l'année précédente.

Page 60 :
Ainsi qu'un vase d'argent, un presse-papier de cristal gravé aux motifs de fleurs et une édition originale des "Voyages de Gulliver" de Jonathan Swift ?

Page 71 :
Leur grand-mère avait fait parvenir un livre à chacun des enfants : "Les aventures d'Alice au pays des merveilles", de Lewis Carroll, pour Jemima, "Les enfants de l'eau", de Charles Kingsley, pour Daniel, et, pour Edward, "L'île au trésor" de Robert Louis Stevenson.

 

Et le même oncle Ghauville, à quatre-vingts ans, citait de mémoire tout le monologue d'Auguste, dans "Cinna". (p. 96)

 

Page 106:
Quand il n'arriva plus à dormir, il se tourna vers la lecture. Il s'avéra que les livres convenablement choisis protégeaient de la réalité aussi bien que le sommeil. Il commença par "Robinson Crusoé", et quand il l'eut fini il le relut encore deux fois... Il était naturel de passer de ce livre à "L'Ile mystérieuse", puis à "Vingt mille lieues sous les mers", qu'il relut aussi.

 

Page 105 :
Il lui avait lu du Virgile, un chant des "Géorgiques" - elle ne se rappelait plus lequel - qui avait transporté Adelia dans les collines toscanes inondées de soleil, à l'écart des chemins battus, où les agneaux, enivrés de lait, gambadaient par pur plaisir de gambader, sous la surveillance de pâtres qui jouaient de la flûte de Pan.

 

Page 305 :
Elle lisait "Robinson Crusoé" de Defoe dans une traduction néerlandaise dont chaque page était divisée en deux colonnes.

Page 331 :
- Maintenant, racontez-moi une belle histoire. Quelque chose de plus intéressant que "L'île au trésor" ou "Enlevé" de Stevenson, de plus beau que "L'ami commun" de Dickens.

 

Page 71 :
En rentrant chez lui, Chandra commença "Écrits sur le sable" d'Isabelle Eberhardt.

 

Le personnage principal, l'inspecteur Pekkala, a toujours avec lui son livre préféré, le Kalevala, une Épopée des Finnois

 

Page 12 :
Julian Vega looked up from the book he'd pulled out of his bag, like a fawn peering out from behind a thicket, and then shyly raised the futuristic-looking silver-and-black cover of a book called "Childhood's End".
"Arthur C. Clarke. What is that, like, sci-fi ?"

 

Page 111 :
Oder, wie es Jean-Maries elsässische Großmutter mit Schillers "Wallenstein" immer zu sagen pflegte : Die Zeit ist dem Menschen eun Engel.

 

Page 90 :
- Vous connaissez Chaucer, Irlandais ?
Colum retint son cheval.
- J'ai lu les "Contes de Cantorbéry".

 

Page 474 :
Sur vos étagères, j'ai trouvé un exemplaire lu et relu d'un roman policier de cet écrivain que vous avez mentionné à mon arrivée ici : Agatha Christie. Roman intitulé "Le Meurtre de Roger Ackroyd".

 

Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.