corner corner Des vents contraires

Medium

Des vents contraires
by Olivier Adam | Literature & Fiction
Registered by Wilena of Entraigues, Auvergne France on 3/18/2017
Average 8 star rating by BookCrossing Members 

status (set by Kundri): permanent collection


2 journalers for this copy...

Journal Entry 1 by Wilena from Entraigues, Auvergne France on Saturday, March 18, 2017

This book has not been rated.

Depuis que sa femme a disparu sans jamais faire signe, Paul Andersen vit seul avec ses deux jeunes enfants. Mais une année s'est écoulée, une année où chaque jour était à réinventer, et Paul est épuisé. Il espère faire peau neuve par la grâce d'un retour aux sources et s'installe alors à Saint-Malo, la ville de son enfance. Mais qui est donc Paul Andersen? Un père qui, pour sauver le monde aux yeux de ses enfants, doit lutter sans cesse avec sa propre inquiétude et contrer, avec une infinie tendresse, les menaces qui pèsent sur leur vie. 


Journal Entry 2 by Wilena at Villaines-les-Rochers, Centre France on Saturday, March 18, 2017

8 out of 10

Un beau livre, qui nous prend au creux du ventre, avec cette absence qui emplit tout l'espace, qui s'insinue dans le moindre recoin des pensées et des corps de ceux qui restent. Émouvant, il nous plonge dans le désespoir de ce père qui essaie de garder la tête hors de l'eau, sans être angélique, loin de là !
J'aime toujours autant le style bien particulier de l'auteur. 


Journal Entry 3 by Wilena at Villaines-les-Rochers, Centre France on Saturday, March 18, 2017

This book has not been rated.

Quelques citations que j'apprécie :
"J'imagine qu'il en est ainsi partout, qu'on grandit côte à côte sans jamais se croiser vraiment, méconnus et indéchiffrables. Le concret nous cimente, le quotidien nous lie, l'espace nous colle les uns aux autres, et on s'aime d'un amour étrange, inconditionnel, d'une tendresse injustifiable et profonde, qui ne prend pourtant sa source qu'aux lisières. Quand j'ai commencé à me soucier d'eux il était trop tard, le bloc de silence était trop dur, la pudeur trop ancrée, les liens trop fortement noués pour qu'on les questionne."

"De l'extérieur on ne sait rien de ce qui se noue entre les êtres, de ce qui se joue dans un couple. On émet des hypothèses, des jugements hâtifs mais au fond on ne sait rien, c'est beaucoup trop profond, beaucoup trop complexe."

"Ça m'étonnait toujours cette capacité qu'ont les enfants à oublier, redonner sa chance à qui ne la mérite pas." 


Journal Entry 4 by wingKundriwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Saturday, April 01, 2017

This book has not been rated.

Merci beaucoup de m'avoir envoyé ce livre que je souhaitais lire, Wilena. Ce sera pour moi l'occasion de découvrir Olivier Adam. 


Journal Entry 5 by wingKundriwing at Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Ile-de-France France on Tuesday, August 15, 2017

8 out of 10

J'ai beaucoup aimé ce livre. Les personnages et l'histoire sonnent vrais, et j'ai aimé la manière dont l'auteur traite des thèmes de l'amour paternel, de l'absence, de la difficulté d'être parent, de la reconstruction suite à un drame (sans sombrer dans l'angélisme).

C'est un livre qui m'a effectivement pris au creux du ventre, et j'ai souvent eu les tripes nouées tant l'empathie avec le narrateur était forte. Même bourré d'imperfections, on sent à quel point ce père tente d'être un aussi bon père que possible au vu des circonstances et au vu de sa personnalité. Certes il est défaillant, incapable de surmonter sa déprime, il ne s'en sort pas dans l'immédiat... mais il se bat tout de même du mieux qu'il peut, aimant ses enfants et tentant de ménager des parenthèses de bonheur à trois.

Ensuite, il est aussi aidé par la vie: un frère aîné qui lui tend la main, une très belle région d'enfance où retourner vivre, un travail sans horaires précis qui l'autorise à passer du temps avec ses enfants plutôt que de bosser 8 heures par jour et d'être happé par le quotidien. Tout le monde ne bénéficierait pas de telles conditions si confronté à un drame similaire... Mais ces éléments permettent de respirer un peu et d'éviter au roman de sombrer dans le drame le plus noir. La déprime du narrateur et l'histoire du déménageur rendent le livre suffisamment noir ainsi...

Mr. Kundri est tenté donc je conserve le livre chez moi pour l'instant, puis je le referai voyager ensuite. 


Are you sure you want to delete this item? It cannot be undone.